AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Playing with the Devil


☾ in New-York since : 08/09/2017
☾ game(s) : 98
dollars : 120

MessageSujet: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Mar 17 Oct - 22:09

Tu rigoles à une blague pas drôle du vieux friqué que tu accompagnes. Il doit avoir la soixantaine, porte un costume sans doute fait sur mesure sur le 5ème rue. Il a sans doute un immense duplex en plein Manhattan en haut d’un hôtel particulier avec une vue panoramique. Une femme, des enfants. Une femme qui doit être seule ce soir et qui ne se pose même plus la question d’où peut bien être passé son mari. Trop vieille pour être exposée à l’un de ses coktail ou avec ses amis. Elle préfère se voiler la face et faire comme si elle ne savait pas. Comme si elle ignorait que ce soir c’est toi qui est au bras de son  mari. Ce vieux dégueulasse a enlevé son alliance et il se pavane avec toi au bras. Toi, la jolie blonde tout sourire habillé d’une robe moulante bleu nuit , a peine assez longue pour être encore descente. Un manteau de fourrure offert par ton compagnon de ce soir et une paire de talon qui te font survoler le monde. Il est généreux; il te couvre de présents. Il te considère comme sa maîtresse, même s’il te paye pour ta compagnie. La soirée est longue et le vieux défraîchie se vante de “sa sublime compagnie” en rigolant grassement une main posée sur tes fesses. Toi tu te contente de sourire, tu as l’habitude maintenant de sourire. Tu le laisse rire, la coupe à la main, vantant son “charme” pour t’avoir séduite, alors qu’il ne trompe personne. Ce mec est riche, il a fait fortune dans les affaires mais surtout car il a une grande part dans le trafic d’armes. Tu le sais, il te l’a confié dans la limousine. C’est votre “ petit secret “ qui lui permet de t’offrir des cadeaux. Ce job te permet de te payer des trucs que tu n’aurai jamais pu te payer : un appartement, des louboutins, des diamants.

A 1h du matin la limousine s’arrête en bas de son immeuble. Un bâtiment immense, en plein coeur de Manhattan avec vue sur central park. Exactement ce que tu imaginais. Tu regardes les étages qui se perdent dans le ciel, imaginant sa femme à la fenêtre guettant son mari. “Merci pour la soirée ma superbe.” Il remonte la main le long de ta cuisse nuit et tu lui fais un sourire radieux. “bonne soirée monsieur.” Tu le pousses hors de la limousine et claque la porte avant que sa main ne s’aventure plus haut. Il est trop bourré pour protester. La limousine s’arrête à l’entrée de ton quartier dans le queens. Elle ne veut pas aller plus loin, parce que “ça craint”. Tu souris en descendant. A peine la portière claquée, elle disparaît dans le noir de la nuit. tu avances dans la rue qui mène à chez toi, tu en as pour dix minutes. Tu sais que quelqu’un t’attends en bas de ton immeuble. Un membre des Kinz. Tu dois leurs donner des informations sur le vieux pervers que tu as accompagné toute la nuit. cinq cent dollars pour chaques soirées de la poche du vieux et cent de plus pour chaques informations donné au gang qui règne sur le Queens. en plus de leur protection. Tu avances dans la rue sans te soucier des gangs qui font peur à tout le monde dans ce coin là. Tu sais bien que tu ne risque rien.

Tu vis dans un petit appartement dans une impasse, un petit trois pièces payé par les gens qui ont adopté ton fils. ça fait sept ans que tu vis là. C’est pas immense, le quartier craint mais c’est chez toi. Puis au moins ce n’est pas insalubre. 40m² rien qu’à toi. En bas de l’immeuble de trois étage une ombre. tu sais qu’elle est là pour toi. Tu t’avances, toujours perché sur tes talons en ajustant ta robe. Tu n’es plus au boulot, même si t’as du mal à lui offrir une longueur décente. “Tu es mon accueil du soir.” Tu t’approches un peu plus de la porte en cherchant les clefs dans ton sac à main. “Je m’appelle Judy.” dis tu en apparaissant dans la lumière du réverbert de ton immeuble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Kinz


☾ in New-York since : 13/09/2017
☾ game(s) : 29
dollars : 39

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Mer 18 Oct - 14:12

« J’ai pas le temps pour vos conneries.» souffles-tu agacé en apprenant que cette nuit, c’est toi qui te charge de rencontrer votre informatrice mystère. C’est pas ton genre de jouer l’intermédiaire.  T’es un mec de terrain, Oscar. Tu attends patiemment que la nuit soit tombée pour n’éveiller aucun soupçon et tu parcours ensuite la ville illuminée à la recherche de ces pourris qui ont ôté la vie de ton petit frère. T’as carte blanche. T’as fait tes preuves. Tous les membres te connaissent pour ton impulsivité et ta cruauté. Tu ne réponds plus de rien quand un Shady ose croiser ton chemin. Haine. Dégoût. Voilà ce qu’ils t’inspirent. Tous. T’as de pitié pour aucun d’entre eux. Ils ne sont pas tous responsables, loin de là, mais ils ont laissé faire. Tu te bats pour ton frère. Le gang l’a bien compris. Seulement t’es une machine de guerre, donc tu leur es utile. Donnant, donnant. Mais pas ce soir. T’étais pourtant sur une piste. Tu t’apprêtais à trouver où ce connard de Adams cachait ta sœur. Tu venais de passer des heures et des heures à torturer un de ses sbires, au final pour rien. T’as fini par le descendre sous le coup de la colère puis t’es parti. Tu quittes la hauteur de Manhattan pour les bas-fonds du Queens. Les rues te paraissent toutes étrangement familières. C’est vrai que t’y as passé ton enfance. Tu refuses d’oublier ces moments mais tu laisses plus ses souvenirs t’atteindre. Blindé. Ecorché. Tes iris sombres balayent les rues à peine éclairées du quartier que les Kinz gouvernent à la recherche d’un quelconque signe de vie. Tu regardes sur ton téléphone l’adresse exacte. Tu sais où c’est. Tu connais chaque coin malfamé, chaque ruelle sombre du Queens. Tu fais tout à pied. T’as besoin de marcher, de te défouler. T’es frustré de la façon dont s’est terminé ton entrevue musclée avec ce Shady et tu ne rêves que d’une chose : en chopper un autre et parvenir à le faire parler. Sauf que t’as pas le temps. T’as été envoyé pour une raison et tu te dois de te tenir à ce qu’on t’a dit. C’est dans ton contrat. T’as beau trainé les pieds, le travail sera fait. Tu finis par trouver l’immeuble de la dite adresse mais personne. Tu t’adosses au mur et sors une cigarette du paquet coincé dans la poche de ton jean. Tu la portes à tes lèvres et l’allume avec ton briquet. Grande bouffée. Tu sens chaque parcelle de fumée flotter dans tes poumons. Ça t’apaise. Plus qu’à attendre. Cinq minutes. Dix minutes. “Tu es mon accueil du soir.” te souffle une douce voix dans l’obscurité. Tu lèves les yeux vers la silhouette qui se dessine devant toi et jettes la fin de ta cigarette sur le sol. « On dirait bien. » lances-tu nonchalamment. T’as pas le temps pour les politesses. Tu ne saisis pas encore les traits de son visage, tout ce que tu perçois c’est le bout de tissu bien trop court qui laisse apparaître ses longues et belles jambes. Une fois dans la lumière, tu t’attardes enfin sur le visage de la jeune femme. Je m’appelle Judy. Ton cœur manque un battement. Judy. Comme le prénom de la jeune fille qui vivait à côté de chez toi étant enfant. Judy, prénom peu commun. Tu te mets à observer chacun des traits de la jeune femme à la recherche de réponses. Ça ne peut pas être-elle. Elle est sensée avoir quitté New-York il y a des années et surtout elle est censée être devenue la plus belle des danseuses étoiles ou l’avocate la plus influente de Los Angeles. Du moins c’est comme ça que tu te plaisais à l’imaginer quand tu pensais à elle. Avant. Pas escort. Ton esprit semble former une véritable barrière et tu te refuses de penser que cette femme pourrait être la jeune fille que tu as connu enfant. « Et moi, je suis pressé. » finis-tu par lâcher, distant. Tu attends sagement qu’elle ait passé la porte pour la suivre, silencieux. Des centaines de questions tournent alors dans ta tête. Tu dois faire une erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Playing with the Devil


☾ in New-York since : 08/09/2017
☾ game(s) : 98
dollars : 120

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Jeu 19 Oct - 14:36

Tu lèves les yeux au ciel. Evidemment, fallait qu’on t’envoie le mec le plus aimable. Tu croises les bras et tu le jauge, tu le regarde de haut en bas. Grand, musclé, une tête de con qui dit merde à tout le monde. Le genre de mec trop sure de lui.  « Et moi, je suis pressé. » Tu passes devant lui pour ouvrir la porte de l’immeuble, tu préférais le gamin timide qu’ils t’envoyaient avant. Lui il te regardait à peine car il a peur de croiser tes jambes nues et rougissait dès que tu lui adressais un sourire. Lui il est impassible, stoïque. ça se voit clairement que ça le fait chier d’être là. ça doit pas être un larbin des Kinz. Tu montes les marches deux à deux jusqu’à arriver au dernier des trois étages devant ta porte. Tu fais tourner la clé et pousse la porte pour vous permettre d’entrer. Ce n’est pas très grand, enfin assez pour toi toute seule. Un salon, une cuisine, une chambre et une salle de bain minuscule. Tu allumes la lumière et retire tes talons qui commencent à t’arracher les pieds. “Tu veux quelques chose à boire?” Tu sais déjà qu’avec le même ton sec il va te répondre non alors toi tu te sers un verre d’eau pour chasser le goût de l’haleine horrible du vieux pervers et tu regardes le brun qui est planté au milieu de la pièce. T’as l’impression de l’avoir déjà vu. Ce n’est pas un qui venait te voir régulièrement pour des infos, tu te serai souvenu de son air sévère. Tu l’as peut être déjà croisé quelque part ici. “Tu devrais te mettre à l’aise. Si tu crois que je donne des infos sans savoir celui que j’ai en face de moi c’est mal me connaître.”

Tu retires ton manteau et t'assieds dans le fauteuil du salon en croisant les jambes. Tu attends qu’il parle. Hors de question de laisser partir ce mec sans en savoir plus sur lui. Après tout c’est ton job; connaître les gens. Connaître tout le monde. Toutes les informations sont précieuses. Tu croises les bras et tu attends. “Ton visage me dit vaguement quelque chose. tu es sûre qu’on ne s’est jamais vu auparavant ?” Tu ne passes pas par quatre chemins, cette question te brûle les lèvres depuis que tu as vu son visage en bas de chez toi. T’as une drôle sensation de déjà vu. Tu te mords la lèvre mais ton interlocuteur semble faire le muet une fois de plus. Tu soupires. S’il veut faire le mec inaccessible ça le regarde, mais toi tu sais faire la tête de mule.

Tu te lèves et prend la direction de ta chambre.  “ Je vais me changer, j’en peux plus de cette robe.”  Tu retires la robe qui te compresse la poitrine et enfile un short ainsi qu’un maillot de l’équipe de foot du Queens. Un vieux maillot que t’as depuis des années, l’un des seuls trucs qu’à pas brûlé dans l’incendie. Tu l’avais eue lors d’un match que tu étais allé voir avec Oscar pour ton quatorzième anniversaire. Un vieux souvenir. Il avait toujours été beaucoup trop grand pour toi. Tu enlèves la queue de cheval qui te tire le crâne, voilà, tu ressembles plus à ton,  toi habituel. Tu sors de la chambre voir si tu invité à décider de discuter et tu le retrouver à regarder des photos accroché sur les murs et posées sur les étagères. Il te tourne le dos et n’a sans doute pas entendu que tu étais revenue. “C’est ma mère sur la photo et l’autre c’est mon grand-père. Ils sont morts dans un incendie il y a plusieurs années.” Tu as l’impression qu’il a bloqué sur cette photo. Tu ne sais pas trop pourquoi. C’est l’une des rares photos qu’il reste de ta famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Kinz


☾ in New-York since : 13/09/2017
☾ game(s) : 29
dollars : 39

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Jeu 19 Oct - 20:49

La blonde te conduit à son appartement  au troisième étage. Pas spacieux mais qui a le mérite d’être habitable, contrairement à de nombreuses autres boites à chaussure dans le Queens. Pour ta part, t’as quitté l’appartement que tu partageais avec ta sœur et ton frère à la mort de ce dernier. Tu ne pouvais pas supporter de continuer de vivre à l’endroit où il avait vécu. T’as essayé pourtant un long moment, mais des cauchemars te hantaient chaque nuit. T’avais la possibilité de le sauver mais t’échouais… à chaque fois. Tu voyais la lumière de ses yeux s’éteindre à petit feu pendant que t’étais là, impuissant. T’as fini par abandonner l’appartement et les souvenirs qui s’y trouvaient. Tu passes le seuil de la porte, songeur. Tu restes sur la défensive même quand la blonde te propose quelque chose à boire. T’aurais pas craché sur un whisky sec mais tu restes muet, occupé à analyser l’environnement qui t’entoure. Inconsciemment, tu cherches des réponses. Judy. Ce prénom résonne comme un écho à l’intérieur de ta tête et t’as l’impression d’être projeté des années en arrière. Des souvenirs heureux. Et pas que. « tu devrais te mettre à l’aise. Si tu crois que je donne des infos sans savoir celui que j’ai en face de moi c’est mal me connaître. » T’écoutes que d’une oreille. T’es pas à fond dans ce que tu fais. Tu pourrais lui demander directement mais t’aurais trop peur que ce soit elle. Tu te trouverais bien con. Dix ans après. La belle blonde se vautre nonchalamment dans un fauteuil et commence à t’observer. Tu es imperturbable. T’as des années de pratique derrière toi. Ça fait des années que t’as décidé que plus personne pourrait parvenir à te sonder. Même pas les jolies femmes dans son genre. « ton visage me dit vaguement quelque chose. Tu es sûre qu’on ne s’est jamais vu auparavant. » Pendant une demi-seconde tu penses à une blague. T’as l’air de lui dire quelque chose. Tu restes silencieux. T’es sûr de rien et tu ne voudrais pas tout faire foirer. Tu ne veux montrer tes faiblesses à personne et surtout pas à une fille que tu viens de rencontrer et qui visiblement sait faire parler les hommes. Ses traits angéliques ne te sont pas inconnus mais tu te refuses à éprouver le moindre sentiment dû à un retour dans le passé. T’as fait une croix sur la vie que tu menais depuis la mort de ton frère. La jeune femme part se changer. T’es pas étonné. Comment arrive-t-elle à respirer avec ce bout de tissu ? Les femmes s’emmerdent pour rien à ton humble avis. Bref, tu commences à explorer l’appartement un peu plus en profondeur. Tu profites de l’absence de la jeune femme pour t’approcher des photos, d’une en particulier. Ton cœur manque un nouveau battement. Ta respiration s’accélère légèrement sans que tu ne contrôles rien. C’est Judy. La fillette que tu n’as jamais oubliée même après toutes ces années. Tu déposes ton doigt sur le visage de la jeune fille mais le retire aussitôt au moment où la jeune femme entre de nouveau dans la pièce. Ton regard reste figé sur la photo. « c’est ma mère sur la photo et l’autre c’est mon grand-père. Ils sont morts dans un incendie il y a plusieurs années. » Ton cœur se sert. Tu sais tout ça. Tu le savais au moment où elle t’a donné son prénom. Tu te retournes, hésitant pour faire face aux souvenirs de ton passé. T’as l’impression qu’on se joue de toi quand tu la vois débarquer avec le tee-shirt de l’équipe des Queens. T’étais là quand elle l’a acheté. Tu avais même le même. Il est toujours dans tes affaires. Tu peux plus le mettre mais t’as mis un point d’honneur à jamais le jeter. « Je pensais être le seul à avoir gardé ce tee-shirt. » finis-tu par dire plongeant son regard dans le sien. « ça fait si longtemps… Je te pensais loin de cette ville de fou… » souffles-tu. T’es pas sure qu’elle comprenne réellement qui tu es mais toi tu le sais et tu ne sembles pas parvenir à mettre de mot sur ce que t’es en train de ressentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Playing with the Devil


☾ in New-York since : 08/09/2017
☾ game(s) : 98
dollars : 120

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Jeu 19 Oct - 21:50

Tu croises à nouveau son regard quand il se retourne. Il te jauge de haut en bas et cette sensation de déjà vu te reviens. Arrêtes, tu deviens folle Judy. Tu ne connais pas ce type, il est trop bizarre, trop distant. Pas du tout le genre de personnes que tu fréquentes. Tu te rappellerai d’une personne aussi antipathique. Il a pas décroché deux mots depuis que vous êtes montés. « Je pensais être le seul à avoir gardé ce tee-shirt. » Tu regardes ton maillot de l’équipe du Queens. Anciennement t’étais une fervente supporter. ton grand-père m'avait transmis son amour de son équipe favoris et défendre les couleurs de ton quartier était devenue une évidence. Tu t’égosillais avec lui devant tous les matchs à la télé et ta mère ne vous supportait pas, elle avait horreur de vous entendre crier à chaque fautes et vous enthousiasmer trop fort pour tous les points. Ce maillot à 11 ans mais toi tu le portes encore de temps en temps. Il te sert de pyjama. Il te rappel un tas de souvenir et même s’il est usé et avec un trou dans la manche tu ne le jettera jamais. Peut être même qu’il finira encadrer un jour. ça serai cool. T’avais oublié jusqu’au paroles qui sortent de sa bouche que tu n’étais pas la seule à posséder une maillot comme celui. Enfin, dans tes connaissances. Il y avait Oscar. Un maillot acheté tous les deux le jour de tes quatorze ans. Vous étiez allé au stade, un cadeau de ton grand-père. Trop fiers de rentrer avec ses maillots sur le dos. Tu laisse transparaître un petit sourire sur tes lèvres mais tu restes prudente. Tu ne sais pas ce qu’est devenue Oscar, en fait t’as perdu toute trace de son existence quand t’es partie. t’as été embarqué dans une famille d'accueil à Los Angeles à l’autre bout du pays mais ton coeur à toujours crié New-york. Quand par hasard tu es repassé par votre ancien chez vous, il avait déménagé. Tu as donc chéri le souvenir de votre amitié.

“C’est toi?” T’en aurai presque les larmes aux yeux. T’as l’impression de le retrouver dans une nouvelle vie, t’en perds les mots et tes idées s'emmêlent à une vitesse folle dans ta tête. Tu l’imaginais avocat, politique, homme influent. tu ne sais pas pourquoi. Oscar avait toujours de grandes ambitions quand vous étiez enfants. Toi tu étais la rêveuse qui voulait être chanteuse - même si on t’as vite fait comprendre que tu chantais comme un pied. - , être danseuse ou encore actrice. A croire que vous vous êtes égaré tous les deux au milieu de vos projets. Toi t’es tombée amoureuse de la mauvaise personne. Lui tu ne sais pas. « ça fait si longtemps… Je te pensais loin de cette ville de fou… » Tu souris une nouvelle fois. A croire que lui aussi se faisait une autre image de ta vie à toi. Vous vous êtes faite une vision idéale de l’autre. “ Je suis revenue il y a quelques années... “ Tu penses à ton fils quelques par à LA. Interdiction de t’approcher de lui, c’est le contrat. Mais ça c’est une autre histoire. Tu te laisses tomber dans le fauteuil. T’as les jambes qui vacillent et besoin de te remettre les idées en place. une multitude de questions te brûlent les lèvres.

“Co..comment va ta soeur ? Et ton frère ? Et toi ?” que fais-tu à bosser pour les Kinz tu as envie de rajouter à la liste mais tu te tais. T’as pas envie de le juger comme tu ne veux pas qu’il te juge pour ton travail. T’as un peu honte d’être arrivée habillée aussi courte devant lui finalement. t’es bien contente d’avoir mis ce maillot du queens. L’espace de quelques minutes t’as l’impression d’être encore une gosse innocente. “Tu veux une bière ? Je vais en avoir besoin perso.” T’attrapes deux bières dans le frigo que tu décapsule et vide la moitié de la tienne en une gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Kinz


☾ in New-York since : 13/09/2017
☾ game(s) : 29
dollars : 39

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Jeu 19 Oct - 22:50

C’est toi ? Tu reviens quinze ans en arrière en l’espace d’une petite seconde.  Tu ne pensais jamais la revoir. T’avais fait une croix sur cette petite blondinette il y a un bon moment déjà. Quand son immeuble a brulé, elle est partie... T’as appris que plus tard que sa mère et son grand père n’avaient pas survécu. Avant ça tu lui en as voulu. T’as pris ça comme un abandon. T’as pas cherché plus loin, t’étais qu’un gosse. Quand t’as su, tu t’es senti con. Tu t’en aies même voulu de pas avoir cru en ce que vous partagiez. Le temps a passé et tu t’es toujours demandé si un jour t’aurais l’occasion de t’excuser pour ta stupidité. A croire que la vie a de l’humour. T’es là devant elle, incapable de réfléchir rationnellement à ce que tu pourrais dire ou faire. Tu devrais la prendre dans tes bras, sauf que t’as banni de ta vie tous ses signes d’affections qui pour toi ne font que faire souffrir un peu plus. Tu la regardes, comme fasciné. T’essayes de te remémorer les traits de la jeune femme enfant et tu t’y retrouves comme si tu ne l’avais jamais oublié. Ta respiration s’est accélérée, tu ne sais pas quoi dire. Heureusement elle parle pour toi comme ça a toujours été le cas. Tu souris en la voyant se poser dans le fauteuil. T’aimerais en faire de même. T’as l’impression que tes jambes vont te lâcher d’une minute à l’autre et l’évocation de tes frères et sœurs n’arrangent pas cette étrange sensation. Tu restes silencieux jusqu’à ce qu’elle te propose une bière. Elle a raison, nous allons en avoir besoin. Tu acquiesces et attrapes la boisson pour en boire quelques gorgées. Tu ne parles pas beaucoup Oscar mais c’est Judy. Ta Judy. T’as envie de lui parler. « Noah est mort. » lances-tu en t’asseyant sur le sol à côté d’elle, froid. « Ça fait deux ans maintenant. » continues-tu en tâchant de ne pas regarder la belle blonde dans les yeux. La plaie est  encore grande ouverte et en parler te provoque une douleur effroyable. « Par un Shady. Eden a voulu le venger. Elle m’en a pas parlé. Elle est partie toute seule et au final elle se retrouve prisonnière de cet enfoiré. » lui confies-tu la boule au ventre. Tu ne veux pas imaginer la souffrance que doit subir ta jeune sœur et cette pensée te débecte. Tu veux pas y penser. Tu veux oublier pour un temps. Tu bois d’une traite ta bière et la dépose sur le sol. « Je pense que je vais en rester là sur les révélations. Ça fait un peu beaucoup pour des retrouvailles. » Tentes-tu de dire pour briser la glace. T’es heureux de la revoir. Tu te laisses une parenthèse. Tu veux comprendre pourquoi tu t’es retrouvée de nouveau sur le chemin de la blonde.  Pour toi, rien n’est dû au hasard. « Donc informatrice des Kinz ? » te risques-tu à demander. Tu veux comprendre son parcours. Qu’est-il arriver à la chanteuse qui massacrait les chansons ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Playing with the Devil


☾ in New-York since : 08/09/2017
☾ game(s) : 98
dollars : 120

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Sam 21 Oct - 13:42

Tu es retournée à l’âge de l’enfance, tu te revoie jouant dans la rue avec Oscar. vous vous étiez rencontré à l’école du quartier puis à force de rentrer par le même chemin vous aviez discuté. Jusqu’à devenir inséparable. Un duo qui avait fait les quatre cent coups, tu n’as pas eut la chance d’avoir de frères et soeur mais tu as eut la chance d’avoir Oscar pour compenser. Quand l’immeuble à brûlé tu as tout perdu. Même lui. Tu pensais ne jamais le revoir, il était resté un souvenir tendre de ton enfance. Tu sirote ta bière, peut être un peu trop vite. La situation te rend stressée, toi qui ne perd jamais tes moyens voilà que tu panique face à un fantôme de ton passé. Tu fixe Oscar comme s’il allait disparaître quand tu détournera le regard. Tu as encore du mal à croire qu’il est là, qu’il est assis devant toi. Alors tu parles; inlassablement sans te taire. Parce que tu as peur de te réveiller et que ce ne soit plus personne. Si tu pensais que ton rencard avec le vieux finirai comme ça.

Tu veux rattraper le temps perdu, un tant soit peu si cela peut-être possible. Non ce n’est pas possible. En fait, comment rattraper des années en quelques secondes ? Tu as le sentiment que tu ne reverra jamais Oscar quand il quittera l’appartement. Alors tu l’assènes de questions pour essayer de combler le vide étrange des retrouvailles. Puis tu lâche la question de trop et tu vois quelque chose qui se brise dans son regard quand tu parles de ses frères et soeur. Ceux que tu voyais quand tu allais sonner chez Oscar pour lui demander de venir jouer avec toi. Noah. Eden… Noah n’est plus. Lui aussi a eut son lot de malheur apparemment depuis que vous vous êtes quitté il y a de cela plus de dix ans. Eden est kidnappé par les Shady. Rien de bon. Tu ne sais pas pourquoi tu as toujours cru que sa vie était plus idyllique que la tienne. Tu es loin du compte. “Je suis désolée..” Tu connais la douleur de perdre un proche. Tu sais que ça laisse une marque dans le coeur. tu comprends pourquoi son visage est si fermé.

« Donc informatrice des Kinz ? » A croire que lui aussi t'imaginait autrement que bossant en parallèle pour un gang. Chacun avait idéalisé l’autre. tu hausse les épaules, comme si il était le seul à te trouver ça étrange que tu sois tombée à faire ce métier. “ça fait un revenu en plus.” En fait, tu ne sais pas si t’es prête à raconter toute ta vie là maintenant. Tu as appris à te méfier de quoi tu parles, à qui tu parles. Même si une part de toi voudrait que le jeune homme en face de toi, soit encore le même que tu as connu enfant. Mais ce serait se faire des idées. Mais tu as envie de lui raconter ce qui s’est passé. Tu n’as pas grand monde à qui te confier dans la vie. “J’ai été contrainte de rentrer à New-york… et les Kinz m’ont proposé un complément de salaire intéressant.”


Tu lances ça comme une évidence, comme si rendre service à un gang était aussi simple que ça. “Tu dois te douter qu’escort n’était pas ma vocation.. mais je n’ai pas pu continuer mes études à LA…Puis on m’a offert de rentrer dans la Queens et je ne pouvais pas laisser passer une occasion comme celle ci.” Tu finie ta bière d’une traite et tu lâches un sourire à ton brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Kinz


☾ in New-York since : 13/09/2017
☾ game(s) : 29
dollars : 39

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Dim 22 Oct - 17:42

« Je suis désolée » Elle ne pouvait pas savoir. Comment aurait-elle pu ? Des années entières se sont écoulées depuis votre dernière rencontre. Vous étiez encore des gosses. Insouciants et rêveurs. Tu avais cette fougue qui te donnait de la grandeur même étant enfant. Tu avais cette soif de justice. Tu voulais sauver le monde. Rien que ça. Au final, tu as rejoint les rangs de ceux qui ne veulent que sa destruction. T’es un imposteur. Tu l’as toujours été. Le jour où t’as perdu ton frère t’as abandonné le gosse droit et investi que tu étais. T’en étais fier pourtant de ce gamin. T’as appris que dans la vie, fallait improviser. Depuis sa mort, ton cœur est devenu un peu plus sombre chaque jour. Tu ne comprenais pas : pourquoi lui ? Pourquoi maintenant ? Tu n’étais pas sensé mourir après ton frère cadet. Tout le monde meurt un jour : seulement pas à vingt-quatre ans. Tu t’es torturé avec ces questions pendant des mois et des mois. Sans réponse. Les traits de ton visage se sont fermés au fil du temps. Tu voulais plus faire l’effort de sourire donc t’as arrêté. Les relations humaines sont bien le cadet de tes soucis. Tu veux tous les tuer, un par un. Tu fais plus dans le sentiment depuis longtemps. Du moins tu le pensais. Revoir ce fantôme de ton passé à l’air de changer la donne plus que tu ne l’aurais espéré. T’oses pas la regarder. T’aurais peur qu’elle puisse lire dans tes yeux comme elle le faisait enfant et qu’elle prenne la fuite. Tu hésites quelques secondes avant de lui parler de sa fonction d’informatrice chez les Kinz. Tu te demandes ce qui a pu bien se produire pendant ces dix ans. T’es assez bien placé pour savoir que personne n’est à l’abris de rien. Tout peut basculer en un quart de seconde. « ça fait un revenu en plus. J’ai été contrainte de rentrer à New-York… et les Kinz m’ont proposé un complément de salaire intéressant. » Tu lèves enfin les yeux vers la jeune femme. Les yeux bleus de la blonde captivent instantanément ton regard. T’avais oublié ce que c’était de regarder une femme, de la regarder réellement. Ton cœur bat un peu plus vite que la normale et tu secoues la tête pour reprendre tes esprits. « Ils savent te promettre la lune. » souffles-tu en sourire en coin. Tu les connais. Tu es des leurs depuis bientôt deux ans maintenant et tu as déjà dû amadouer des informatrices. Tu connais par cœur le discours à servir à ces jeunes femmes. T’étais expert il y a un temps. Tu t’es vite lassé. Ta soif de vengeance s’est trouvée plus forte que ton pseudo jeu de séduction à l’encontre de ces femmes perdues et ravagées par la vie. Aussi esquintées que toi au final. « Tu dois te douter qu’escort n’était pas ma vocation.. mais je n’ai pas pu continuer mes études à LA… Puis on m’a offert de rentrer dans la Queens et je ne pouvais laisser passer une occasion comme celle-ci. » T’as cette drôle de sensation dans l’estomac. T’aimes pas te dire que la jeune femme se pavane fièrement au bras des pourritures les plus friquées de New-York. T’aimais sa pureté quand vous étiez gosse. Elle te fascinait cette blondinette. Tu lui as jamais dit. T’étais trop jeune. « Tu pourrais tout arrêter… » lances-tu presque froidement. « J’ai assez d’argent pour te tenir loin du besoin pendant un long moment. Tu pourrais reprendre les études. » Tu ne sais pas pourquoi t’as cet excès de bonté là. Vous venez juste de vous retrouver. Seulement t’as cette envie incompréhensible et viscérale de la protéger, comme quand vous étiez gosse. T’as pas pu sauver ton frère. Peut-être que elle t’y arrivera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Playing with the Devil


☾ in New-York since : 08/09/2017
☾ game(s) : 98
dollars : 120

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Lun 23 Oct - 21:53

Tu te rappel ta première rencontre avec un Kinz. Il était venu à ta rencontre à la sortie d’un rendez-vous d’affaire. Si on peut appeler ça comme ça. Un mec assez chétif, pas du tout la tête du truand. En fait il avait des allures d’adolescent perdu. Il avait marmonné un truc incompréhensible avant de reprendre un peu plus sure de lui qu’il avait du travail pour toi. Qu’ils offriraient une vie confortable. Ils. Le gangs, ses chefs , les kinz. Bref. C’était une rencontre assez vendeuse de rêve, évidemment tu n’en avais pas spécialement besoin. Mais cela donnait un intérêt supplémentaire à ton travail d’escort. Comment tu étais devenue escort ? Un peu par hasard, sur un site de rencontre en fait. Tu cherchais un rencard. Pour une nuit, pour une heure tu ne savais pas trop. Mais tinder était ton compagnon de solitude quand tu es revenue à New-york. Un soir alors que tu swipais de gauche à droite t’es tombé sur un vieux de soixante ans. Il te trouvait très “charmante” et te proposais de venir dîner pour une somme avec beaucoup trop de zéro. C’était aussi simple que ça le commencement…

Si tu avais su que tout ça te ramènerai jusqu’à Oscar… tu te serai sans doute lancé là dedans depuis plus longtemps. A le regarder là devant toi, tu te demandes si tu n’aurais pas du essayer de le retrouver bien avant. Avant que cette noirceure se soit immiscé dans son regard. Il a perdu de sa brillance, de son éclat. Il est devenu sombre, terne. Ce n’est plus le regard plein de vie et de joie du brun que tu connaissais enfant. Mais sa parole te donne l’espoir qu’il est encore là dans le fond. « Tu pourrais tout arrêter… » Tu lèves les yeux vers lui, revenant de tes pensées. tu étais partie ailleurs… Arrêter ? Arrêter de bosser pour les Kinz ou arrêter de bosser en tant qu’escort ? Comment ? Tu peine à comprendre son raisonnement jusqu’à la suite de la phrase. « J’ai assez d’argent pour te tenir loin du besoin pendant un long moment. Tu pourrais reprendre les études. » Vous ne vous êtes pas vu depuis des années et il te propose de t’entretenir. T’as presque envie de rire. Il doit penser que t’es la même, pourtant à toi non plus la vie ne t’as pas fait de cadeau. T’as arrêté d’accepter l’aide des gens. en fait tu t’es tellement débrouillée seule que t’as préféré dépendre uniquement de toi. T’as eut la chance d’être jolie , ça a aidé, quoi qu’on en dise.

Je n’ai pas besoin de ton argent. J’ai fais sans jusque là.” Tu lances presque aussi froidement. Tu t’en veux un peu sur le coup de répondre de cette manière ci à ton souvenir d’enfance mais voilà. C’est la pure vérité. Tu n’as pas envie d’être redevable. A personne. Pas même celui qui, un temps, fut ton meilleur ami. Mais tu ne veux pas être une faible, du moins ne pas passer pour une faible. “Je ferai quoi. Reprendre des études, une famille, des gosses? Ce n’est pas pour moi ça. Ce n’est plus pour moi.” La vie de famille ce n’est plus dans tes projets. Tu sens ton passé te peser comme un échec au quotidien. quelques par t’as un fils de 7 ans qui n’a même pas conscience de ton existence. Et étrangement, même si t'étais sure de ta décision à ce moment là, il a laissé un goût amer. Depuis t’as renoncé à vouloir fonder une vie équilibré, t’as crée ton armure de béton. Tu repousses les hommes, les avances autres que celles du travail.

Tu replis les jambes le long de ton buste et tu t’allumes une cigarette en regardant le jeune homme droit dans les yeux. Pour y lire quelque chose… un avis ? Une déception ? Une lueure. Mais rien. “ Je ne suis plus la même… j’ai perdu toute mon ambition.” tu tire une taffe de ta cigarette et soupire. Tu n’imaginais pas ta soirée comme celle ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Kinz


☾ in New-York since : 13/09/2017
☾ game(s) : 29
dollars : 39

MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    Mer 25 Oct - 20:45

T’as pas réfléchi, Oscar. T’as laissé tes yeux plonger dans ses iris comme à l’époque où vous étiez gosse et t’as juste laissé ton cœur parler. C’est douloureux. T’as l’impression d’être faible, vulnérable. Ton regard a beau être d’une froideur déconcertante, tes intentions envers la jeune femme ne sont que protection et respect. T’as peur qu’elle t’échappe, qu’elle te file entre les doigts une nouvelle fois. Elle représente des milliards de souvenirs que tu t’étais promis d’enfouir et de ne plus jamais ressortir. Elle représente un nouvel obstacle à ta quête. Tu sais très bien qu’elle pourrait faire ressurgir ces sentiments chez toi que tu t’étais juré d’exterminer à la mort de ton frère et à ton entrée chez les Kinz. Réputés pour leur cruauté, t’as pas hésité à mettre ta haine au profit d’une cause bien plus sombre que la justice pour eux. T’as abattu de tes mains innocentes un homme pour appartenir à la même catégorie que ceux que tu détestais rageusement. Ta soif de vengeance a détruit le Oscar que t’avais mis vingt-six ans à construire. Il n’est plus. Il a disparu. Faut que tu la sortes de ce milieu, Oscar. Peut-être pas totalement. T’as cette petite voix dans ta tête. T’as l’impression qu’elle est à des milliards d’années de toi. Pourtant elle est bien là et plus tu l’entends et plus l’envie de prendre la jeune femme dans tes bras pour la protéger te paraît vital, viscéral. Sauf qu’elle ne veut pas être aidée. Je n’ai pas besoin de ton argent. J’ai fait sans jusque-là. Ton cœur se sert mais tu laisses rien paraître. Tu ne connais pas toute son histoire, loin de là. Elle n’a pas été épargnée. Elle est comme toi Oscar. Brisée. Tu te trouves con. Evidemment qu’elle en a rien à foutre de ton aide. Elle n’a pas eu besoin de toi pour vivre sa vie pendant dix ans alors pourquoi ce serait différent maintenant,  A peine une demi-heure après que vous vous soyez retrouvés ? Je ferai quoi. Reprendre des études, une famille, des gosses ? Ce n’est pas pour moi tout ça. Ce n’est plus pour moi. Comment tu pourrais lui jeter la pierre ? T’as fait une croix sur tout ça aussi, il y a un moment déjà. Le sang encore frais sur tes mains pourrait en témoigner. T’as choisi la vengeance et la haine. Personne ne pourrait aimer un monstre comme toi refusant tout engagement. Tu acquiesces. Tu comprends. « Nos rêves de gosse sont bien loin dernière nous. » lances-tu nostalgiques. Tu vois la jeune femme sortir une cigarette et l’allumer. T’as envie de faire pareil mais cette conversation hors du temps t’en empêche. T’es frustré de voir cette image de vous deux gamins s’éloigner. Je ne suis plus la même… j’ai perdu toute mon ambition. Judy tente de capter activement ton regard. Impénétrable. Tu baisses les yeux. Elle est à deux toi de te faire craquer. Tu secoues la tête. « J’ai l’impression qu’on s’est perdu en route. » souffles-tu un sourire en coin en inhalant la fumée qui sortait de ses poumons. Cet air te semble si pur. Un silence pesant s’en suit. Tu décides de le briser des plus étranges des façons.  « Je suis content d’avoir pris cette mission au final... » finis-tu par avouer. « Je pensais jamais te revoir. » continues-tu en te levant pour te mettre face à elle, dos contre le mur. Tu lui laisses une ouverture. T’as envie qu’elle accède à cette parcelle de toi, celle dont elle a fait partie intégrante. La retrouver te provoque des sensations totalement contradictoires mais tu ne veux pas laisser passer ta chance de la retrouver. Pas après avoir tout perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)    

Revenir en haut Aller en bas
 
[rue & appartement Judy] Turbulence du passé (O&J)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
start of time :: New-York :: Le Queens-
Sauter vers: