AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Everybody hurts sometimes ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 130
dollars : 142

MessageSujet: Everybody hurts sometimes ♥    Mar 26 Sep - 23:05

Trois longues semaines s’étaient déjà passées depuis le jour où tu t’étais fait tirer dessus. Ce jour-là, tu as frôlé la mort d’un peu trop près, Ali. Depuis, tu as dû rester à l’hôpital. D’habitude si têtue et dans la négation, t’as baissé les armes pour te soumettre aux ordres des médecins. Tu te devais de le faire. T’avais perdu une quantité époustouflante de sang et quelques organes ont même été touchés. Pour une fois, dans ta vie, t’as décidé d’être raisonnable. C’est pourtant pas ton genre, de rester allongée jour et nuit en attendant que le temps fasse son travail, mais t’as tenu. Tout ça dans l’espoir de le revoir. Adonys. En effet, ces trois semaines ne notent pas seulement le jour où tu as failli mourir, elles rendent compte de la dernière fois où tes yeux ont croisé ceux de ton frère adoptif. ses lèvres.
Le souvenir de ce moment tourne depuis en boucle dans ton esprit. Tes yeux se sont ouverts et t’as paniqué. Tu cherchais Adonys. Tu ne voulais pas qu’il lui soit arrivé quelque chose par ta faute. Tu voulais juste le voir, sentir son cœur battre et voir son sourire. Juste ça… Les infirmières ont d’abord cherché à t’en empêcher puis t’as entendu crier ton nom. La simple intonation de sa voix a suffi à te soulager le temps d’un instant. Tu l’as cherché des yeux jusqu’à trouver les siens. Tout s’est passé très vite par la suite. Il s’est approché de toi alors que tu lui tendais tes deux mains. C’est là que c’est arrivé. Comme si c’était naturel, Adonys a posé ses lèvres sur le coin des tiennes. Une vague étrange a parcouru ton corps tout entier. Avant que tu ne comprennes ce qui t’arrivait, deux agents de sécurité avaient déjà mis Adonys dehors lui octroyant au passage un coup dans l’abdomen. Ce coup tu l’as ressenti comme si on te le mettait à toi Ali. Tu les as vus l’emmener et lui se débattre de toute ses forces. T’as voulu crier mais t’as pas pu. T’as machinalement porté tes doigts à l’endroit où les lèvres d’Adonys avaient frôlé les tiennes. T’as froncé les sourcils. Cette sensation elle était toujours là. Tu ne l’avais encore jamais ressenti avant. Une pression s’exerçait au niveau de ta poitrine comme si ton cœur avait raté un battement. Ce sentiment t’était totalement étranger et t’as pas su mettre de mot sur ça. Le temps s’est écoulé et pendant ta rémission Adonys n’est pas revenu te voir à l’hôpital. T’as imaginé toutes les hypothèses possibles. C’était peut-être trop douloureux de te voir aussi faible et il a décidé de fuir, comme tu l’avais fait… La culpabilité, c’était bien le style d’Adonys de prendre toute la responsabilité de ce qui t’étais arrivé. Il t’en voulait peut-être toujours ? Sa dernière visite n’illustrait pas vraiment cet hypothèse. Ou ce baiser peut-être. Ce baiser qui n’en était pas vraiment un pour dire vrai. T’as pas cessé en trois semaines de te demander la signification de ce geste (peut-être désespéré). Sans réponse. Tout ce qui était sûr, c’était qu’Adonys te manquait horriblement. Ça en été même douloureux. Chaque matin, tu t’es réveillée te demandant ce que tu avais bien pu faire pour qu’il refuse de venir te rendre visite. T’avais quelques nouvelles évidemment… par Timo par exemple ou ton père qui passait te voir régulièrement mais toujours aucune trace d’Adonys. Aujourd’hui, c’est le jour de ta sortie. T’es toute seule. T’as pas cherché Adonys. Après trois semaines sans nouvelle, tu t’étais faite à l’idée qu’il ne viendrait pas. T’es rentrée chez toi pour te recentrer dans un autre endroit que ta chambre d’hôpital et t’as finis par faire le choix qui s’imposait. T’as attrapé ton téléphone, des clés, un peu d’argent et t’as appelé un taxi. A l’arrière de l’auto, t’as donné la seule adresse qui t’ait venue à l’esprit. La sienne. Dowtown. T’as la clé de chez lui. Tu ne pensais jamais devoir t’en servir mais s’il refuse toujours de te voir alors il ne te laisse pas le choix. Tu te sers du badge pour entrer dans l’immeuble et appuie sur le bouton de l’ascenseur. Seuls trois étages te séparent d’Adonys. T’as jamais eu aussi peur et pourtant tu venais de sortir de rémission pour avoir pris une balle. Tu commences à ne plus supporter cette pression et dépose la clé hâtivement dans la serrure avant de d’enclencher la porte. « Ado… ? » souffles-tu timidement. Pas de réponse. T’en conclus qu’il doit dormir. Tu ne pousses pas le vice plus loin en allant le chercher directement dans sa chambre et décides de l’attendre sur le canapé. Tu t’assoies et te relèves d’un coup. Tu t’es assise sur quelque chose. Tu te retournes et là ton cœur manque un nouveau battement, sauf que là c’est désagréable. Un soutien-gorge. Tu te mords l’intérieur de la lèvre et attrapes tes affaires t’apprêtant à quitter l’appartement. Ton abdomen est guéri mais là c'est ton coeur qui saigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 301
dollars : 323

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Mer 27 Sep - 9:16

Adonys ne comptait plus les jours, ni les semaines qui le séparait d’Aliyah. Il était anesthésié par la douleur, et ne ressentait plus rien. Il était vidé de toute émotion positive. C’est pour cette raison que ce fût facile de descendre le type qui avait agressé Aliyah. Il l’avait retrouvé dans un hôpital aux abords de la ville. Il s’était introduit dans sa chambre et l’avait étouffé avec son coussin. Puis, il était parti, comme si de rien n’était, comme s’il n’était jamais venu. Lui qui était contre la violence devenait ingérable. En fait, il était tellement en colère. Il avait l’impression que de la lave coulait dans ses veines, et le consummait de l’intérieur. Devant les supplications de l’agresseur d’Aliyah, celui-ci avoua qu’il ne l’avait pas touché avec son arme. Cette phrase fit beaucoup cogiter Adonys avant qu’il ne le tue pour avoir trop parlé. Alors, est-ce qu’il y avait une possibilité pour que ce soit lui son agresseur ?

Il se dégoutait de lui-même. Entre ça et ce baiser échangé, il ne savait plus quoi penser alors il préférait se mettre la tête à l’envers pratiquement tous les soirs. Il côtoyait des filles, essayait de ne pas voir le visage de sa sœur quand il venait à déposer ses lèvres sur les leurs. Il devait boire de l’alcool pour se tenir à distance de celle avec qui il voulait être, parce que son corps, intuitivement et instinctivement ne cherchait que le contact d’Aliyah.

Etalé dans son lit encore en boxer, il sentit les premiers rayons du soleil réchauffer sa peau. Il n’entendit pas sa dernière conquête partir ce matin puisqu’il était seul dans sa chambre, mais il entendit des clefs tourner dans la serrure et une voix, féminine appeler son nom. Il ouvrit les yeux directement. Aliyah. Il se redressa, enfila un jean et un débardeur, et passa une main dans ses cheveux pour remettre ses cheveux correctement.

Il ouvrit la porte de sa chambre et la vit tourner les talons.

- Qu’est-ce… Qu’est-ce que tu fais ici ? Demanda-t-il, déboussolé.

L’alcool coulait encore à flot dans ses veines, lui donnant quelque part l’assurance qu’il n’avait plus avec elle. A force de se perdre dans ses sentiments, il ne savait plus vraiment comment se comporter avec la brune.

_________________
I was running in circles, I hurt myself just to find my purpose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 130
dollars : 142

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Mer 27 Sep - 18:39

Tu ne sais pas vraiment ce que tu ressens, Ali. T’es totalement perdue. T’as cette pression désagréable qui t’appuie sur le cœur et qui t’empêche de respirer. Tu manques d’air et tout ce que t’es sûre de vouloir c’est quitter cet appartement au plus vite. T’agonisais à l’hôpital. Son absence te maintenait chaque fois un peu plus la tête sous l’eau. Tu te noyais et pourtant, tu ne lui en as pas voulu un seul instant. T’as tout mis sur tes épaules parce que tu sais que tu ne fais jamais les bons choix. T’as certainement été conçue dans le seul but de montrer au reste de la population tous les plus grands défauts des Hommes. T’as pris ton mal en patience. T’es restée trois semaines à t’imaginer le pire. Tu pensais votre lien ébranlé par les différents évènements qui vous avaient touchés en si peu de temps. T’as même pensé que tu l’avais perdu pour de bon. Finalement, t’aurais préféré restée dans l’ignorance. La vision de ce soutien-gorge sur le canapé venait de faire l’effet d’un coup de poing dans la cicatrice au niveau de ton abdomen. T’es pas totalement stupide. Tu te doutais qu’Adonys collectionnait les conquêtes depuis un bout de temps mais jamais ça ne l’avait empêché de prendre soin de toi. Il t’a laissé trois semaines sans nouvelle à certainement se taper toutes les grognasses de Reno pour se convaincre de sa propre puissance. Il leur a offert ses nuits et toi, t’as pas eu une heure.
Le souvenir de ses lèvres frôlant les tiennes te revient comme une claque en plein visage. C’était rien. Du vent. Tu mets enfin des mots sur ce que tu as cherché à comprendre pendant des semaines entières. Ton cœur se sert. Il t’a offert moins de considération qu’à une de ses poules de luxe et ça, ça te bouffe. Tu veux partir. Tu veux rentrer chez toi et oublier ce que t’as vu. Tu veux revenir à l’époque où t’as tout quitté. T’étais seule et tu souffrais bien moins que maintenant. Tu t’apprêtes à rejoindre la porte quand une autre s’ouvre juste derrière toi. Tu marques une pause. T’as pas envie de le voir. T’as plus envie de le voir sauf que t’es là et que t’attends des réponses. Il est le premier à briser le silence. Tu te retournes enfin pour lui faire face. Tu le toises de haut en bas. L’odeur d’alcool vient te percuter brutalement. Ton regard se veut dur et froid. La Aliyah compréhensive est partie bien loin pour donner place à l’imperturbable, celle qui ne s’attache pas, qui hait le monde extérieur. « Je venais te voir. » finis-tu par lâcher. « Tu sais après trois semaines sans nouvelle.. » continues-tu, cynique. « Enfin t’avais mieux à faire à ce que j’ai pu comprendre. » siffles-tu en jetant un coup d’œil au soutien-gorge que t’avais lâché sur le sol. C’était insoutenable. Tu voulais lui montrer que tu n’étais pas touchée mais c’était toujours difficile quand il s’agissait d’Adonys. « Au moins l’un de nous deux s’est amusé, c’est bien. » conclues-tu tranchante. T’arrives pas à gérer toutes les émotions qui t’habitent, Aliyah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 301
dollars : 323

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Jeu 28 Sep - 9:10

Depuis qu’il ne voyait plus Aliyah, il s’était senti seul, vulnérable, à bout de force contre ses océans déchainés qui se révoltaient dans son esprit. Et en même temps, il ne s’était jamais senti aussi indépendant, et déterminé. Il avait voulu se faire croire que l’absence de la brune ne changeait rien à sa vie, qu’il pouvait continuer sans attache, mais son comportement autodestructeur le trahissait. Il avait besoin d’elle, mais c’était trop dur de l’assumer. Il ne pouvait pas l’approcher, car il ne la méritait pas. Il ne savait que répandre des ennuis autour d’elle. Il ne savait qu’échouer, et semer la mort autour de lui. Cette distance, c’était un cadeau pour Aliyah, en réalité, mais elle ne le savait pas encore.

Il aurait voulu lui expliquer, lui dire ce qui murissait dans son cœur à son encontre, mais il en était incapable parce qu’il ne savait pas vraiment. Ils avaient toujours été proches. Trop proches. Alors comment savoir la limite à ne pas dépasser ? Au moins, quand il attirait des filles au hasard dans son lit, il savait ce qu’il voulait avec elle, mais c’était différent avec Aliyah. Elle n’était pas comme toutes les autres filles.

Il lui avait demandé ce qu’elle faisait là. Il regrettait déjà des mots. « Sérieux, Adonys ? Après des semaines sans nouvelles t’aurais pu lui sortir autre chose. » Il se mordit la lèvre inférieure quand elle lui fit remarquer son absence et le fait qu’il avait couché avec une fille hier soir. Il ne se rappelait même plus de son visage, de son prénom, il était complètement bourré. Il fronça les sourcils, perplexe : était-ce une crise de jalousie provenant d’Aliyah ?

- C’est donnant-donnant, haussa-t-il les épaules, feignant la nonchalance, en faisant référence au fait qu’elle avait quitté l’hôpital elle aussi.

Il entra dans la cuisine qui donnait sur le salon, et se prépara un verre d’eau parce qu’il avait la tête qui était sur le point d’exploser.

- Tu veux vraiment qu’on parle de ça Aliyah ? Tu peux me dire alors c’était qui ce mec qui te tournait autour aussi ? Je suis pas le seul à m’amuser à ce que je vois, répondit-il, avec un regard de défi, en buvant son verre.

Il peinait à soutenir son regard. Il ne savait ce qu’il se passait dans son corps, mais il ressentait un mélange de pleins d’émotions dont… la jalousie.

- Je comprends que tu sois énervée, mais... j'avais besoin de distance histoire de faire le point.


_________________
I was running in circles, I hurt myself just to find my purpose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 130
dollars : 142

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Jeu 28 Sep - 22:32

Tu détestes cette sensation, Ali. T’as mal. Tu pourrais gérer si seulement les douleurs ne concernaient que ta cicatrice à l’abdomen mais c’est autre chose. Quand t’as vu ces sous-vêtements sur le sol, t’as vrillé. Tu ne sais pas vraiment pourquoi mais t’as eu comme l’impression qu’on t’arrachait violemment le cœur pour en faire de la bouillie. T’as imaginé Adonys poser ses lèvres sur celles de la première fille venue et ça t’a touché. Ça t’a touché de savoir que d’autres lèvres que les tiennes avaient frôlées celles de ton frère adoptif. Ça t’a touché qu’il ait préféré passer sa nuit avec une inconnue plutôt qu’avec toi à l’hôpital. T’as pas su contenir ton mécontentement quand tu l’as vu débarquer la gueule embuée et son air nonchalant. Ses paroles te font de nouveau l’effet d’un coup de poignard en plein cœur mais tu laisses paraitre, comme à ton habitude. Vous êtes les mêmes. Aucun de vous ne flanchera avant que l’autre ne l’ait fait. Donnant-Donnant ? Tu grimaces à cette attaque qui te fait clairement perdre tes moyens. Le souvenir de ta fuite est encore très frais dans ta tête. La culpabilité te ronge encore comme au premier instant où t’as quitté cette chambre laissant derrière toi la personne que tu aimais le plus au monde souffrir le martyre. Ça t’a brisé le cœur et t’as l’impression que le sien n’en est pas sorti indemne non plus. Il t’en veut toujours mais tu ne pensais pas que sa rancune serait toujours si vivace une fois avoir frôlé la mort… Tu t’es certainement trompée. Il s’éloigne de toi pour se servir un verre d’eau. Les détails de sa soirée d’hier sont toujours en train de se matérialiser dans ta tête et te mettes encore plus en difficulté. Tu l’observes sans trouver aucun mot pour illustrer ce que tu souhaites lui dire. Tu restes là, sans rien dire pendant de longues minutes. Son attaque à propos d’un homme que tu aurais rencontré te fait froncer les sourcils. Tu ne vois pas très bien de quoi parle ton frère adoptif mais tu comprends très vite qu’il s’agit de la nuit où tu as appris qu’il était atteint du lupus. Tu n’as aucun souvenir de cette soirée-là. Tu étais dans tous tes états et tu aurais très bien pu offrir ton corps au premier homme venu. C’était la manière de te protéger aussi contradictoire soit-elle. Tu ne sais pas ce que tu as fait mais Adonys semble l’avoir en travers de la gorge. « J’ai pas à me justifier.» souffles-tu enfonçant le clou sur ta relation avec cet inconnu que tu as peut-être juste croisé au final. « J’aurais certainement pas tenu trois semaines sans venir te voir. » Vous vous offriez à un duel de regard que tu n’étais pas certaine de pouvoir gagner. T’étais impuissante face à Adonys. Tes yeux s’attardent au final sur les lèvres de ton demi-frère et se détournent aussitôt, gênée. Pourquoi toutes ces envies te viennent-elles subitement à l’esprit ? Vous avez toujours été proches. Il est ton frère… alors pourquoi le fait qu’il ne soit pas à toi te met-il hors de toi à ce point. C’est pas pour ça que tu es en colère. Du moins t’essaye de t’en persuader. « Que tu fasses le point, c’est une chose Ado. Que tu te tapes tout Reno sans me donner aucune nouvelle en est une autre. » avoues-tu avec un poids de plus en plus gros sur le cœur. « Je suis pas énervée, je suis juste déçue. Je pensais que.. » Tu rends les armes Ali. « Je pensais que notre lien comptait. » Tu le pensais vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 301
dollars : 323

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Ven 29 Sep - 9:53

L’étau qu’il avait dans la tête se resserrait de plus belle, lui provoquant de plus vives douleurs au niveau des tempes. Elle n’avait pas à se justifier ? Il voyait rouge.

- Evidemment, mais moi par contre je suis toujours obligé de le faire quand c’est Madame qui le demande, lui reprocha-t-il.

Pourquoi agissait-elle comme ça ? Où était passée la douce brune qu’il avait toujours connu ? Il avait l’habitude de la vexer, de la décevoir, mais jamais elle ne lui avait parlé de la sorte, pas sur ce ton hautain. Lorsqu’elle lui reprochait sous des sous-entendus qu’elle n’aurait pas tenu trois semaines sans le voir, Adonys sentait maintenant, son cœur se serrer à la place de sa tête. Si elle savait ce qu’il avait fait durant son absence.

- Ah parce que tu crois vraiment que j’ai passé trois semaines à me taper tout Réno pendant que tu agonisais ? Sois honnête tant qu’à faire, c’est vrai que je suis tellement un connard, ça tombe sous le sens, répondit-il en la regardant dans les yeux sérieusement.

C’était une question rhétorique, mais il serait lui aussi déçu de passer pour ce genre de gars auprès d’elle. Il avait toujours fait passer les intérêts d’Aliyah en premier, et ça ne changerait jamais. Là, encore, il avait tout mit en œuvre pour tuer ce mec, dans le dos de son père qui avait élaboré un plan pour le descendre aussi. Quand on touchait à la vie de ses enfants, c’était comme s’il redevenait un père. Adonys aimait bien jouer au cavalier solitaire, alors il avait réglé son compte de la plus simple manière qui soit et ça avait marché. Aliyah et Jack n’en avaient aucune idée pour le moment. Ce n’était pas quelque chose dont le brun voulait se vanter auprès de ses pairs, même s’il savait qu’il passerait pour un dur à cuir.

Il leva les yeux au ciel en soupirant quand elle insinua ce qu’il avait dit plus tôt. Cependant, quand il vit des larmes rouler sur ses joues, il ne se sentait plus capable de se battre avec elle. Aliyah restait toujours son point faible. Toujours. Qu’importe ce qu’il faisait pour penser et passer à autre chose, elle était toujours là, prenant une très partie dans cette pompe qui lui servait de cœur.
Il s’approcha doucement d’elle, gêné mais en même temps désireux de la consoler. Il pressa tendrement son bras.

- Tu es la personne la plus importante à mes yeux, Ali, comment tu peux en douter ? Je sais que je suis pas le genre de gars fiable mais tu peux te fier au fait que jamais je te lâcherai, même si je suis loin, même si je prends de la distance. Ce jour-là tout s’est enchaîné et j’ai vraiment cru que j’allais te perdre. C’était trop pour moi et oui, c’est vrai, j’ai préféré m’enfuir mais pas seulement parce que j’avais peur de te perdre, mais aussi parce que j’en avais marre de te faire autant souffrir.

Et encore il n’avait pas tout abordé mais cela avait un gros effort de dire ça, lui qui était pudique sur ses sentiments.

_________________
I was running in circles, I hurt myself just to find my purpose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 130
dollars : 142

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Dim 1 Oct - 1:42

Tous les sentiments qui t’habitent te font peur, Ali. Tu ne sais pas lequel gérer le premier. T’as cette rage au fond de toi qui brouille totalement tes jugements. T’as l’impression que tu vas t’effondrer d’une minute à l’autre si tu ne trouves pas une solution rationnelle à tout ce bordel que t’as créée. T’as envie de crier. T’as envie d’exprimer toute la colère que t’as accumulé depuis quelques jours. Tu te détestes pour avoir fait souffrir Adonys et pour l’avoir abandonné. Tu lui en veux à lui de t’avoir rendu la pareil. Tu le pensais bien plus intelligent que toi. Il est réfléchit Adonys. Toi t’es irrespectueuse et ingérable. T’as les grâces de votre père seulement parce que t’es un robot et que tu serais capable de torturer n’importe qui pour le compte du MS-13. T’es sans cœur, Ali. Alors pourquoi tout ça te touche autant ? Le regard qu’Adonys t’offre te glace de nouveau le sang mais la boule de déception qui s’est formée quand t’as vu ce soutien-gorge te fait lui tenir tête de nouveau. Tu lui jettes un regard noir à ton tour. « Tu fais des hypothèses alors que moi je t’expose les faits. » tentes-tu de dire plus calmement suite au reproche d’Adonys en lui montrant de nouveau le soutien-gorge sur le sol. Tu es intimement persuadée que t’as rien fait avec ce gars même si Adonys semble penser le contraire. T’as envie de sortir. Ton besoin de fuir revient à la surface comme à chaque fois que tu te retrouves devant la difficulté sauf que Adonys semble s’apaiser donc automatiquement tu t’apaises aussi. Tu lèves les yeux au ciel. « J’en sais rien Ado, tout ce que je sais c’était que t’étais pas là ! » lui lances-tu au visage comme un cri du cœur. « Tu fais que de parler du pacte… » souffles-tu, le visage triste. « On est capable ni l’un ni l’autre de le respecter… » Tu t’avoues vaincue. T’es plus capable de garder tes émotions à l’intérieur. Les larmes commencent à perler sur tes joues. T’es fatiguée de te battre contre lui alors que t’es en combat constant avec toi-même. La pression de sa main sur ton bras apaise un peu le poids qui s’applique sur ton cœur et les paroles qui suivent te soulagent quelques peu. T’es touchée parce que tu n’as jamais entendu Adonys se confier comme ça. Tu l’as toujours connu discret contrairement à toi qui était bien trop franche et agressive. T’es heureuse de retrouver ton Adonys pour ces quelques secondes. Puis t’es forcée de faire ce qui s’impose, pour votre bien à tous les deux. « On se détruit à petit feu, Ado. J’ai besoin de réfléchir. J’ai besoin qu’on se retrouve mais ce sera pas possible si on continue comme ça… » souffles-tu en le regardant droit dans les yeux, même si soutenir son regard est beaucoup trop compliqué. « Je veux pas que tu penses que je t’abandonne une nouvelle fois mais j’ai besoin d’espace pour gérer tout ce qui se passe en ce moment… » Tu baisses les yeux. T’as besoin de savoir ce que tu ressens. Tu veux savoir pourquoi t’as eu si mal au cœur quand t’as appris qu’il avait déposé ses mains sur une femme, qui n’était pas toi. Tu devrais pas te poser ce genre de questions. Tu le prends doucement dans tes bras et dépose un baiser sur sa joue. T’as l’impression de lui dire au revoir pour un long moment et c’est ce qui risque d’être le cas. « Je veux que tu te soignes parce que je survivrai pas si t’es plus là. » souffles-tu à son oreille. T’es plus douce Ali. T’as décidé de mettre tes émotions de côté pour qu’il garde une image positive et douce de toi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 301
dollars : 323

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Dim 1 Oct - 10:01

Il discernait le doute et le questionnement dans la voix d’Aliyah. Elle était perdue, tout comme lui. Ils s’étaient tous les deux fait souffrir, tourner en rond, et ils n’arrêtaient pas de se tester mutuellement, de se rendre à bout. C’était le jeu de celui qui craquerait le premier. Ils étaient tous les deux têtus et fiers, alors il n’y avait jamais vraiment de vainqueur. Il sentait ses mots comme… Une rupture ? On avait presque l’impression qu’elle était en train de rompre avec lui. Rompre avec ce qu’ils représentaient à deux. Adonys ne disait rien. Il la regardait, perdu, déboussolé, ne sachant pour une fois quoi répondre. Il savait qu’elle avait raison, que c’était mieux pour eux de prendre de la distance mais son cœur était incapable de le concevoir, surtout pas venant d’elle.

Il se sentait gêné parce qu’il s’était confié comme un livre ouvert deux secondes plus tôt. Il s’était attendu à tout, mais pas à ça.

- Et si je veux pas ? lança-t-il au tac au tac.

Il était déterminé à garder Aliyah pour lui, à la faire changer d’avis et surtout à la retenir, parce qu’il était comme ça. Lui, il pouvait partir, mais il ne laissait jamais les autres le faire. C’était trop dur, et il n’avait pas la force de se battre contre l’abandon. Il sentit ce baiser sur sa joue comme une brûlure qui réanimait la peine qu’il avait en lui.

- Tu fuis… Encore... souffla-t-il en baissant les yeux, la mâchoire serrée.

Il n’avait pas envie de lui montrer à quel point il souffrait à l’intérieur, mais le brun peinait à le cacher. Il sentait que tout ça avait aussi un lien avec ce fameux baiser qu’ils avaient échangé. Il n’avait pas envie d’en parler, de peur de ne pas utiliser les bons mots et de la briser, comme une poupée de porcelaine. Aliyah, c’était sa poupée. Elle était belle, et se montrait dure et froide à l’extérieur, mais un geste déplacé, et elle se fissurait. Alors qu’elle ajouta qu’elle ne survivrait pas à sa perte, il replaça délicatement une de ses mèches de cheveux derrière son oreille et répondit :

- Tu vois, t’es tellement importante pour moi, que je l’ai tué, ce connard qui t’as agressé. Et je recommencerai sans hésiter, avoua-t-il d’une voix froide.

Ces mots lui avaient échappé. Personne n’était au courant, et Aliyah n’aurait pas du l’être.

_________________
I was running in circles, I hurt myself just to find my purpose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 130
dollars : 142

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Dim 1 Oct - 12:07

Les mots qui viennent de franchir tes lèvres sonnent faux. Tu n’as pas envie de t’éloigner de lui parce que tu ne sais pas ce qu’une prise de distance pourrait avoir comme conséquence sur votre duo. Vous êtes fragiles tous les deux. Perdus et désorientés. T’as peur que vous ne surviviez pas à tout ça. T’as peur de passer à côté de votre relation pour une question de fierté. T’as peur que tes sentiments pour ton frère adoptif dépassent le rationnel. T’as peur de vivre constamment dans cet état de vulnérabilité. Tu détestes la faiblesse qui t’habite depuis quelques temps et tu veux qu’une chose, c’est que ça s’arrête. « On a pas vraiment le choix Ado… » souffles-tu à l’intention d’un Adonys réticent et déboussolé. Tu ne peux pas lui en vouloir. T’es dans le même état que lui, au bord de l’implosion. Sa déception non dissimulée te brise une nouvelle fois le cœur. Tu t’attardes quelques secondes sur sa joue car tu as peur qu’il disparaisse, pour toujours. Il a raison, Ali. T’as beau dire que tu l’abandonnes pas mais c’est bien ce que tu fais. Tu fuis. Tu ne comprends pas ce qui t’arrives donc ta solution c’est de courir le plus loin possible pour échapper à tes responsabilités. C’est ce que t’as toujours fait. Tu ne sais pas faire autrement. T’es une forte tête mais t’affrontes pas tes démons, tu les laisses te manipuler et faire ce qu’ils veulent de toi. Ça fait de toi quelqu’un de faible au final. Adonys replace une mèche derrière ton oreille et ton cœur fond de nouveau… pour une courte durée. T’as l’impression de ne pas avoir bien entendu, ou compris. Mais si… Tu te prends l’équivalent d’un nouveau coup de poing dans l’estomac. Tu lèves les yeux vers ton frère adoptif et recules d’un pas. « Ado… non. » souffles-tu perdue. Pas lui. Tu l’imagines ôter la vie à un individu, ça te donne des vertiges… Tu reviens subitement des années en arrière, le jour où Adonys n’a pas pu sauver sa mère… Tu n’as jamais reproché à Adonys de n’avoir rien pu faire ce jour-là… Pendant longtemps, t’as cherché à le préserver de la violence du MS-13 et pourtant c’est toi qui l’as poussé à l’irréparable au final. T’aurais fait pareil si quelqu’un avait touché un seul de ses cheveux mais toi, ton innocence s’était envolée il y a bien longtemps déjà. Tu mets ta tête dans tes mains, perdue. L’acte en lui-même est de plus chevaleresque pour un membre du MS-13 mais c’est différent ici. C’est Adonys. Ton Adonys. Ses valeurs étaient pures bien que parfois répréhensibles. Les mots te manquent. Tu essayes de reprendre tes esprits pour trouver les mots justes. « Je voulais pas que ça en arrive là… » souffles-tu tentant de capter son regard, qui était froid comme la glace. « C’est pour ça que t’es pas venu me voir alors… » Le coup est dur à amortir mais tu tentes de garder la face. La mort ne te fait pas peur mais si c’est Adonys qui la donne, ça change la donne. « Je suis désolée de t’avoir poussé à faire ça Ado… » Tu connaissais ses principes et la personne qu’il était. Il était totalement ébranlé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 301
dollars : 323

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Lun 2 Oct - 10:05

Adonys avait du mal à cerner les envies d’Aliyah. Il ne l’avait jamais vu aussi peu sure d’elle dans ses choix. Généralement, elle savait ce qu’elle voulait. Comme son frère adoptif, d’ailleurs, mais lui aussi se voyait en train de déchanter. Malgré ses mots qui affirmaient qu’ils n’avaient pas le choix d’entamer une sorte de séparation, il sentait que ce n’était pas ce qu’elle désirait au plus profond d’elle. Il le voyait au fond de ses yeux bleus, animés par la peine et les doutes.

- Ce n’est pas ce que tu veux, je le sais. Tu veux me faire payer c’est ça ? Je crois qu’on en a déjà bien bavé. On n’est pas obligé de s’infliger ça.

Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il avait l’impression que leur relation avait changé du tout au tout. Ils ne s’étaient jamais comportés comme cela l’un envers l’autre en dix-sept ans. En tout cas, Adonys avait toujours ce sentiment d’abandon horrible qui lui collait à la peau comme un tatouage. Il se sentait comme un enfant sur le point d’être laissé au bord d’une route. Il ne voulait pas la perdre. Il en avait marre d’avoir cette peur, et il en avait marre de provoquer cet abandon, parce que sa sœur n’aurait jamais réagi comme cela s’il avait bien agit dès le départ.

C’était sans doute pour cela qu’il avait lâché cette information comme une bombe, pour qu’elle comprenne ce qu’il avait fait pour ses beaux yeux, rien que pour elle, rien que pour laver son honneur. Il s’était encore mordu la lèvre inférieure, se détestant de l’avoir dit de cette manière. Il se confiait trop. C’était dangereux. Aliyah était la seule qui avait les moyens de briser son cœur, de le mettre en pièce, et lui, il lui donnait tous les outils pour le faire. Il lui faisait confiance, mais vu la tournure de leur discussion, il fallait qu’il se ménage aussi. Adonys la regardait, déroutée, et il comprit qu’elle s’en voulait.

- C’est pas de ta faute. Ce n’est pas toi qui m’as poussé à faire ça, mais j’étais tellement en colère, Ali. Contre lui, contre tout le monde, mais surtout contre moi-même. J’ai pas su te protéger, ajouta-t-il d’une voix brisée.

Il s’arrêta là en pensant évidemment qu’il y avait une grande possibilité que la balle du pistolet vienne de lui.

- Alors oui, t’as raison, vu comme ça, je comprends parfaitement que tu veuilles plus entendre parler de moi. Je me quitterai aussi si j’en avais l’occasion, ajouta-t-il en soupirant, exaspéré.

Il passa une main dans ses cheveux, sentant la frustration et la tristesse l’envahir.

_________________
I was running in circles, I hurt myself just to find my purpose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 130
dollars : 142

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Mar 3 Oct - 22:17

T’es bancale Ali. Tes sentiments te font vivre un véritable calvaire. Tu ne sais pas les appréhender et ça te bouffe à petit feu. T’éprouve une douleur atroce au niveau de ta cage thoracique à chaque nouveau regard que te lance Adonys. Il t’appelle à l’aide. Tu sens sa volonté de lire en toi comme à l’époque où vous étiez plus jeunes. Sauf que tu es un mur. Tu as envie de lui crier que t’as besoin de lui et qu’au fond ce que tu racontes, c’est des conneries mais tu restes muette. Aucun son ne sort de ta bouche. T’en as des choses à dire pourtant, Ali. Tu voudrais lui dire que tu ne sais pas ce que tu ressens en ce moment… Tu voudrais lui dire que ce baiser volé t’a totalement déboussolée. Tu voudrais lui dire que t’as l’impression d’être toxique pour lui et que t’es persuadée qu’il serait mieux sans toi. Tu voudrais lui dire tout ça… « Je ne sais plus ce que je veux Ado… » Avoues-tu le regard plus perdu que jamais.
T’as du mal à imprimer ce que Adonys vient de te dire. Tu n’arrives pas à l’imaginer ôtant la vie de quelqu’un aussi à vomir soit cette personne. T’as peur. T’as peur de ce que pourrait provoquer cet acte chez lui. Tu le sais fragile et instable depuis quelque temps… depuis toi. T’as un effet néfaste sur lui, Ali. Il ne te reconnaît pas. T’es plus la pétillante et douce Aliyah qu’il pensait connaître. T’es plus méfiante. Tu doutes de toi comme jamais encore auparavant. Tu découvres chaque jour des parcelles plus sombres de ta personnalité. De l’aigreur. De la jalousie. T’es brisée. Tu te croyais forte mais au final ce n’était qu’une façade dont même toi avait réussi à te convaincre. Les mots d’Adonys te touchent en plein cœur et tu t’approches mécaniquement de lui comme pour le protéger. « Chut » souffles-tu dans un soupir. Tu ne pouvais pas le laisser penser qu’il ne t’avait pas protégé. Tu avais choisi de jouer avec le feu. Tu t’es brulée et Adonys a payé les pots cassés. Tu l’as emmené dans ta chute… comme lui dans la sienne. Au final… A quoi bon chercher un coupable… ? « Tu fais et feras toujours partie intégrante de ma vie Ado… C’est comme ça. » lui dis-tu en haussant les épaules. « Seulement, je veux que tu me parles… » souffles-tu en lui attrapant la main. Puis t’as cette vision. Tu l’imagines là dans cet appartement à la même place embrassant cette fille et tu baisses les yeux. « Plus de mensonge… » Continues-tu calmement. « Ou de non-dits.. » Tu marques une pause consciente de l’ultimatum que tu vas lui poser par la suite. T'as peur Ali « Sinon je m’en irais. » conclues-tu avec un pincement au coeur qui te foudroyait la poitrine. Tu vous offres une dernière chance, espérant qu’il en fasse de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 301
dollars : 323

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Mer 4 Oct - 9:34

Elle était en train de lui lancer un ultimatum. Il fallait qu’il s’ouvre, oui, c’est ce qu’il avait fait. Avant que la brune ne balaye d’un revers de main ce qu’il avait dit. Il l’avait ressenti comme ça, lui. Il avait ressenti que tout ce qu’il avait pu dire depuis tout à l’heure ne servait à rien, qu’elle avait déjà pris sa décision, qu’aucun mot ne pouvait changer ce qu’il s’était passé entre eux, ni au moins rattraper ce désastre. Adonys était semblable à une catastrophe naturelle ; il détruisait tout sur son passage. Il se détestait de faire autant de mal autour de lui, mais surtout à Aliyah, sa protégé qui savait très bien se défendre toute seule. Elle n’avait besoin de personne, pas comme Adonys qui avait éperdument besoin de la brune à ses côtés. Il sentit un courant électrique lui traverser l’échine quand sa main glacée rencontra la sienne, brûlante.

- J’allais pas te le dire quand tu étais à l’hôpital, dans cet état. Je l’ai fait pour ton bien, souffla-t-il sincèrement. J’ai aucune mauvaise intention quand il s’agit de toi, et tu le sais très bien. Je veux juste que tu sois heureuse et je comprends que je suis compliqué à vivre, haussa-t-il les épaules.

Il essayait de se justifier, de lui prouver sa bonne foi malgré sa réelle propension à être secret.

- Ca vaut pour toi aussi. Je veux que tu me dises tout, ajouta-t-il en la regardant droit dans les yeux. C’était qui ce mec ? demanda-t-il avec une pointe de jalousie dans la voix.

Il ne comptait pas lâcher l’affaire. Adonys désirait savoir c’était qui ce gars qui lui tournait autour, parce que personne n’avait le droit de faire ça avec Aliyah. Pour qui il se prenait celui-là ? Vu le tempérament d’Adonys en ce moment, il valait mieux pour ce type qu’il prenne ses distances avec la brune.

_________________
I was running in circles, I hurt myself just to find my purpose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 130
dollars : 142

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Jeu 5 Oct - 23:16

Les mots d’Adonys sont sincères. Au fond tu n’en as jamais douté. Il est peut-être la seule personne en qui tu as réellement confiance. Il parvient à voir les rares parcelles de lumière chez toi Ali quand toi tu ne vois que de l’obscurité.  Il a fait des erreurs, oui mais qui es-tu pour lui jeter la pierre ? T’es personne. Plutôt c’est ce que t’étais avant de le rencontrer. T’en as conscience maintenant. T’étais perdue et ce petit garçon t’a fait redécouvrir le goût de la vie, ce goût qui te paraissait à l’époque si amer. Tu t’étais pas rendue compte de la chance que t’avais eu de croiser son chemin. Maintenant tu sais. Tu sais aussi que depuis ce moment t’as fait que te reposer sur le lien qui vous unissait. T’es devenue cette jeune femme froide et sans sentiment te disant que de toute façon il serait là. Tu ne t’es pas dit une seule fois que tu pourrais le faire souffrir par ton insouciance et ton amour pour le danger. T’es égoïste Ali. Il est temps que ça change. Le contact de la main d’Adonys sur la tienne te provoque un frisson qui remonte de ton bras jusqu’à ton cou. Cette sensation n’est pas désagréable mais tu n’as aucune idée de sa provenance. Tu prends ton courage à deux mains. Tu ne veux plus fuir. Tu ne veux plus prendre tes jambes à ton coup à chaque difficulté… Tu veux parvenir à respecter les règles que tu as toi-même imposé il y a de ça quelques secondes sauf qu’Adonys te renvoie ta propre hypocrisie à la figure en un revers de main. T’as pas voulu ce souvenir de cette soirée. Tu te souviens même pas de ce gars… « J’en ai aucune idée. » dis-tu sincèrement en le regardant dans les yeux. « Je me souviens pas… » C’était vrai. T’avais fait abstraction de tout quand t’avais laissé Adonys. Tu te détestais. Tu lui en voulais. Qui sait ce que t’aurais bien pu faire ? Tu te connaissais Ali et ça te faisait peur. Adonys te fixe toujours du regard et tu te sens sale mais t’en oublie pas ses agissements à lui… Tu ne veux pas en parler. Tu ne veux pas avoir de détails sur ce qu’ont été ses parties de jambe en l’air… C’est trop pour toi. «J'avais si peur pour toi. J'avais plus conscience de rien, Ado.. » finis-tu par souffler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 301
dollars : 323

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Sam 7 Oct - 10:05

Adonys n’avait jamais eu de sœur. Il avait fait d’Aliyah celle qu’il avait toujours envie d’avoir à ses côtés. Il aurait pu être jaloux, comme tous les enfants qui perdent l’attention de leurs parents quand un nouveau venu arrive, mais non. Adonys s’était presque approprié la présence de la brune. Il l’avait toujours désiré rien que pour lui, rien n’avait changé à ce niveau. Est-ce que tous les frères se comportaient comme cela avec leurs sœurs ? Est-ce que c’était normal de réagir comme ça ? Il avait l’impression qu’ils avaient une relation particulière, unique en son genre.

Il avait ressenti de la possessivité et de la jalousie émanant de la vision d’Aliyah avec ce type qui était beaucoup trop proche d’elle, qui avait posé ses mains là où il ne fallait pas, qui avait eu l’opportunité de goûter à ses délicieuses lèvres. Et si cela avait été lui à sa place ? il chassa directement cette pensée de son esprit. Pourquoi pensait-il à ça ? Il n’avait pas le droit de voir la brune de cette manière. Il soupira, exaspéré quand il entendit la réponse de sa sœur.

- Tu te souviens sans doute de ce qui t’arrange. Dans ce cas, j'imagine que ce n'était pas un très bon coup, leva-t-il les yeux au ciel.

Il était maintenant énervé. Pourquoi lui faisait-elle endurer ça ? Pourquoi tout était si compliqué avec elle ? Il lui en voulait alors qu’il savait très bien qu’il n’avait pas à lui en vouloir. Pour quelle raison d’ailleurs devrait-il le faire ? Ils n’étaient pas en couple.

- J’aime pas te voir trainer avec des mecs, ajouta-t-il sans réfléchir.

Sentant qu’il était sans doute allé trop loin en laissant échapper cette remarque qui n’avait pas lieu d’être dans leur relation, il se justifia, en essayant de paraître crédible :

- Pour une question de sécurité.

Il aurait bien aimé y croire lui aussi. Evidemment que ce n’était pas entièrement faux, mais pas entièrement juste non plus.

_________________
I was running in circles, I hurt myself just to find my purpose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bras droit ○ Shady Reaper


☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 130
dollars : 142

MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    Sam 7 Oct - 11:03

Tu  n’avais qu’une seule envie, lui dire la vérité. Les mensonges sont un fardeau trop lourd à porter et tu n’as plus la force de lui mentir droit dans les yeux. Seulement t’as aucune idée de ce que tu as bien pu faire... T’as essayé de te souvenir depuis mais rien à faire. Ton inconscient semble bloquer chaque instant passé loin d’Adonys. Du coup, tu t’imagines le pire. Et si effectivement tu avais passé ta nuit avec un inconnu pour oublier la culpabilité ? A priori ça n’a pas fonctionné… Tu comprends les mots de ton frère adoptif même s’ils te font l’effet d’une claque en pleine figure. Il pense que tu continues de lui mentir. En effet ce n’est pas commun d’oublier le contenu d’une soirée entière sans n’avoir ingurgité ni alcool ou drogue en tout genre. T’as l’impression d’être une imposture. Tu lui demandes des comptes alors que tu es incapable d’expliquer la majorité des actes que tu commets. Tu sens la boule dans ton ventre grossir à chaque nouvelle petite attaque de ton frère adoptif. Ce n’était pas toi. C’est ce que te dis la voix dans ta tête que tu tentes faire taire avant de ne laisser paraître un autre signe de vulnérabilité. Qu’est-ce qui t’arrive Ali ? Tu parres chaque coup, silencieuse sans trouver comment te défendre. T’as pas défendable Ali. Fais-toi une raison. Tes yeux sont baissés. Impossible de soutenir son regard. Jusqu’à ce que tu la sentes… cette pointe de jalousie dans la voix d’Adonys. Il se rattrape ensuite mais t’as le temps de la percevoir et de lever de nouveau les yeux vers celui qui causera certainement ta perte. La tension entre vous est de plus en plus palpable et tu ne parviens pas à en saisir les nuances. Tu tentes de lire dans ses yeux ce qu’il cherchait à exprimer… Adonys a toujours été très protecteur avec toi, peut-être trop… mais il n’est jamais interféré dans tes histoires de coucheries ou autres. Jamais. Tu te demandes alors si il ressent à cet instant la même chose que toi quand tu as découvert ces sous-vêtements sur le sol. Tu n’as pas encore mis de mot là-dessus mais t’es certaine que ce n’est pas normal. C’est désagréable voire douloureux et rien que le fait d’y repenser te coupe la respiration. « Tu sais très bien que je sais me défendre… » Vous faites partis du MS-13 depuis assez longtemps pour ça… « Ce n’est pas ça. Il y a autre chose, non ? » souffles-tu calmement. Tu espères qu’il parviendra à mettre des mots sur tout ça. Tu ne fais que te remémorer ce moment où ses lèvres ont caressé maladroitement les siennes et ça te bouffe de ne pas comprendre ce qui t’arrives depuis. Et si c’était juste un malentendu et que tu te fourvoyais sur la vraie signification ? Tu refuses de comprendre ce qui s’annonce pourtant une évidence. C’est impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Everybody hurts sometimes ♥    

Revenir en haut Aller en bas
 
Everybody hurts sometimes ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alfie B. Reynolds ⌂ You don't get to choose if you get hurt in this world...but you do have some say in who hurts you.
» 07. I told you so
» Nuage d'Eden, If life was more sweet, we would never to admit something that hurts us|| 12 Jan.
» It hurts me more than i can say • Feat. Damien
» i loved you so much that it hurts so bad # DALIA - terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
start of time :: hors rp :: V1-
Sauter vers: