AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 look at us now. (babe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




☾ in New-York since : 12/09/2017
☾ game(s) : 25
dollars : 31

MessageSujet: look at us now. (babe)   Sam 16 Sep - 15:00


Babe Blues
nom complet: blues. dynastie érigée au siècle dernier, le textile transformé en fils d’or entre les mains expertes. blues comme le crystal, blues dans le cœur, blues dans les pupilles dilatées. blues dont elle ne s’est jamais séparé officieusement, patronyme qu’elle a bien trop souvent employé pour s’en délester. le nom marital qui la fait grimacer et qu’elle feint bien trop souvent d’avoir oublié alors qu’elle ne fait que le négliger. kidd qu’elle murmure lorsque la situation l’exige, qu’une référence à son époux peut la sauver des mauvaises passes dans lesquelles elle ne cesse de s’engouffrer. douce barbra qui offre des risettes depuis le plus jeune âge, douce barbra au prénom-caresse qui sied si bien aux boucles brunes qui tombent de manière désorganisée contre la colonne vertébrale usée. barbra qu’elle efface d’un coup de gomme et qu’elle remplace par babe, surnom sensuel qu’ils murmurent tous avec avidité quand elle commence à se dénuder. âge et date de naissance: vingt-quatre soupirs languissants, vingt-quatre positions lascives, vingt-quatre dessous en dentelle qu’elle effleure du bout d’un ongle manucuré. les mains et les lèvres qui ont bleuis sous le froid de l’hiver, le 2 décembre qui l’a accueilli sous le soleil glacial et des arbres dénudés. lieu de naissance: les échos de ses cris poupins qui ont résonné entre les murs aseptisés d’un hôpital de californie huppé où a séjourné sa génitrice pendant quelques jours avant d’enfin être libérée du fardeau barbra qui pesait sur son estomac. métiers ou études :  officiellement, barbra est toujours étudiante en pédiatrie, un choix qui n’a obtenu que des grincements agacés de la part des figures parentales. « ce n’est pas assez bien pour une blues ! » ils ont hurlé quand babe leur a annoncé. « tu aurais dû devenir chirurgienne ! » ils ont continué. barbra a rapidement cessé de les écouter, persuadée qu’elle ne pouvait trouver meilleur métier. l’amour des enfants et des connaissances médicales, l’altruisme caché d’aider son prochain étaient autant de raisons qui l’ont poussé dans cette voie qu’elle n’a jamais regretté. pourtant, il y a quelques mois maintenant qu’elle a cessé d’exercer, princesse prisonnière de sa tour ivoirine, simplement autorisée à s’évader un soir de la semaine pour se déhancher (dans des tenues toujours plus provocantes) et faire vibrer les palpitants de ses cuisses languissantes. à Reno depuis: texte ici. statut social: la déception qui nimbe les prunelles chocolatées au souvenir de son statut, des mots griffonnés et acceptés d’une signature scarifiée dans le papier qui continuent de clamer un mariage qui a cessé de la faire rêver. miettes de leur amour qui continue de les lier malgré la présence de son époux derrière les barreaux. ils ont tous les deux une forte tendance à se blesser l’un l’autre, cherchant sans cesse les faiblesses à exploiter, griffant et déchirant les protections érigées devant le myocarde ensanglanté. mariage qui n’a toujours pas cessé malgré les escapades nocturnes d’une babe en mal de liberté. statut familial: des parents trop fortunés pour prêter un véritable intérêt aux progénitures engendrées. trop de pression sur les frêles épaules de l'aînée (même de quelques minutes, c'est important) et la cadette choyée. les dents qui grincent à cette simple idée, et malgré tout une incapacité constante à la détester. elle n'est pas coupable d'être plus aimée... caractère: aventurière, opportuniste, manipulatrice, fière, courageuse, rebelle, passionnée, sensuelle, charismatique, insoumise, sarcastique, hautaine, joueuse, impulsive, lunatique, vindicative, charmeuse, impétueuse, indépendante (mais dépendante à cause de sa condition actuelle…), obstinée, désillusionnée, douce (quand elle chante), mélomane, artiste, impatiente, bagarreuse, possessive, jalouse, joueuse… barbra est tout à la fois l’ange et le démon, la féminine et le garçon manqué, la femme sophistiquée et la femme grossière. barbra est un paradoxe, un mystère qu’il serait fort agréable de résoudre à condition d’avoir suffisamment de patience pour qu’elle se dévoile au grand jour. groupe: two pairs. avatar: eden fines. crédit: hedgekey.
(children) seule. douleurs abdominales qui la mettent à mal. la rue qui tournoie autour de son corps en émoi. la vapeur de son souffle brûlant qui vient mourir dans l’air frais. légèrement recroquevillée, les mains placées autour de son ventre, barbra avance jusqu’à l’hôpital le plus proche. « je me sens pas bien… » elle marmonne. le teint livide, les quatorze années à peine entamées qui pèsent sur ses épaules, elle est aussitôt conduite dans une chambre inoccupée. une batterie de tests en tout genre plus tard, des calmants administrés par perfusion et un évanouissement un peu trop long, le médecin arrive (la mine sombre). « j’ai une mauvaise nouvelle… », il débute, la voix grave et lourde. barbra est incapable de le regarder. « nous avons été dans l’obligation de vous opérer pour vous soigner. néanmoins, nous avons découvert que… vous ne pourrez jamais avoir d’enfants. » babe déglutit, sent les larmes lui dévorer les yeux (elle les repousse de toutes ses forces). elle est encore très jeune mais les mots sont déjà lourds de sens. pas d’enfants, pas d’héritiers, une vie esseulée. barbra n’en parlera jamais à ses parents : ça les tuerait. (work, work, work) les mâchoires se crispent, les mirettes lancent des éclairs. « tu ne peux pas commencer médecine et finir pédiatre. », lâche le paternel de sa voix autoritaire. « bien sûr que je peux. c’est ce que j’ai fait. » elle relève le menton, le défi d’argumenter. de toute façon, on ne peut pas revenir en arrière… le truc, c’est que ni papa ni maman ne peuvent comprendre ce qui l’a poussé si ardemment à choisir ces études-là. ils ne savent pas que barbra est condamnée à s’occuper des enfants des autres plutôt que des siens… alors pour la jeune fille, ça a été une évidence : il fallait un métier en rapport avec les chères petites têtes blondes. « tu peux encore changer peut-être, recommencer les premiers mois et partir en chirurgie… » il a la voix fébrile. barbra sait très bien ce qu’il pense : la pédiatrie, ce n’est pas assez bien pour une blues. barbra serait peut-être encline à faire des efforts, à compenser la déception engendrée par l’idée qu’elle ne prendra pas la suite du paternel et que l’entreprise familiale mourra sans doute avec lui, si seulement les conditions étaient différentes. « je ne veux pas, papa ! c’est de ma vie qu’on parle, de ce que je vais faire à longueur de journées ! j’ai quand même le droit de décider, non ?! de toute façon, je suis inscrite ! » elle s’agace, frappe légèrement de ses petits poings sur la table. papa n’apprécie pas, elle le voit… mais il ne dit rien. elle sait qu’au fond, ses parents l’aiment et tiennent à ce qu’elle s’épanouisse. ça passera par la pédiatrie. (wedding) il est beau, jonah. les cheveux noirs coiffés en arrière, des yeux sombres et profonds (qui murmurent des promesses audacieuses qui font voltiger le palpitant), une mâchoire volontaire qu’elle brûle déjà de suivre du bout de ses lèvres pleines. présenté dans le but d’un mariage arrangé (barbra obligée d’accepter pour contenter un peu les géniteurs qui commencent à s’impatienter…), ils sont tous deux instantanément conquis. jonah est plus âgé, 34 ans quand barbra n’en a que 20… mais ça ne semble choquer personne, pas même les intéressés. ils s’éclipsent quelques instants, visitent le jardin du restaurant en parlant de tout et de rien pour faire connaissance… et c’est pas moins d’une année plus tard qu’il lui demande sa main. jonah semble parfait en tout point et le cœur de la belle ne cesse de s’emballer à chaque fois que leurs opales sombres s’accrochent. deux aimants, deux comètes qui s’attirent irrémédiablement.  (camera) le voyant au-dessus de l’écran qui clignote. la caméra voyeuriste qui témoigne de son activité, cyclope prêt à regarder. l’épiderme qui se dévoile petit à petit, le visage à jamais caché alors que la peau laiteuse apparaît. les sommes d’argent versé pour toujours plus se dénuder qui s’additionnent sur le côté de l’écran. « c’est comme si je me déshabillais pour aller me coucher… pour mettre mon pyjama… », elle tente de se persuader. les premiers temps, c’est une corvée… mais une corvée nécessaire. en effet, les blues n’ont pas apprécié l’insubordination de la progéniture et lui ont coupé les vivres. alors barbra contente les esseulés en devenant des pixels sensuels qui évoluent à l’écran. et petit à petit, le désir d’être adulée et désirée, regardée, est comblé par ce vice. webcam de nos amours où elle se dénude toujours plus, au choix de ses viewers, strip-teaseuse 2.0. (lies) coup de poing dans le ventre. la découverte éhontée des années de mariage brisées. barbra a toujours pensé que jonah travaillait dans l’informatique, qu’il n’était rien de plus qu’un nerd attachant qui ne ferait pas de mal à une mouche. un homme de la pointure du créateur de facebook, un homme intelligent et doué avec les ordinateurs et les pages internet… un homme dont elle comprenait à peine les palabres légèrement décousues mais passionnées concernant des sujets qu’elle maîtrisait pas, ne comprenait qu’à moitié. et elle les a trouvé… les armes, les sachets de poudre, les malles remplies de billets. jonah a toujours eu un intérêt particulier pour l’informatique, certes, mais jonah fait surtout partie d’un gang… d’une sorte de mafia. elle n’a pas vraiment le droit de râler barbra, elle-même a ses secrets… mais c’est l’amour inconsidéré qu’elle a pu ressentir pendant quelques années qui s’émiette entre ses doigts, qui fonde dans la chaleur des larmes qui roulent contre ses joues. (hit me baby) elle le sait au fond barbra, pourquoi il continue. pourquoi les bleus comètes s’additionnent contre ses côtes, s’amourachent de sa peau halée. pourquoi les coups pleuvent si aisément, pourquoi l’ange jonah s’est fait dévorer par le loup mafia. il la frappe pour asseoir sa domination, pour la garder à ses côtés alors qu’il la sent déjà s’effiler entre ses doigts gantés. il sait pour le site sur lequel elle passe une partie de ses journées (celles qui ne sont pas occupées à être en cours ou à réviser…) à oublier de s’habiller. à titiller une bretelle pour la laisser tomber, à cambrer délibérément le creux de ses reins pour venir toujours plus près du spectateur. et elle sait également tout ce qu’il ne lui a jamais dit, toutes ces femmes qu’il se plaît à aimer le temps d’une soirée passé entre leurs cuisses veloutés. petit à petit, après environ deux ans d’un mariage (presque) parfait, le couple commence à s’effondrer. (chhhhht…) elle ne tient plus babe. elle en a assez de devoir cacher avec une tonne de fond de teint les élans passionnés de son époux déraisonné ; alors elle échafaude un plan solide qu’elle ne tarde pas à essayer. elle déniche suffisamment de preuves (avec un microphone caché et d’autres petits gadgets tout aussi utiles) pour pouvoir coincer jonah kidd, cet homme qu’elle souffre encore d’aimer malgré toutes les trahisons qu’il lui a fait expérimenter. elle ne veut plus subir la violence de son mari, ne veut plus l’avoir à ses côtés. quand il s’approche pour l’embrasser, elle n’a plus qu’un mouvement de recul apeuré… et les griffes acérées parées à attaquer. elle ne se laisse plus faire, barbra, les crocs saillants dévoiler pour mieux lui rendre la monnaie de sa pièce et la force de ses coups répétés. il lui faut environ un an pour tout récupérer… des preuves assez solides pour le faire tomber. et puis elle organise son plongeon au trou : une descente de flic dans la boîte d’informatique qui sert de couverture au trafic. jonah sait qu’elle est responsable, jonah n’apprécie pas mais jonah ne pourra plus jamais la blesser… elle s’en est assuré. maintenant, retour à la liberté ! (it’s a trap) si jonah est derrière les barreaux, son influence n’en est pas moins puissante. il contacte des gardes du corps qui piègent barbra à l’intérieur de la villa dans laquelle ils s’étaient installés après leur union. elle est protégée de tous ceux qui pourraient la blesser pour atteindre jonah, pour atteindre le gang d’une quelconque façon. parce que jonah tient à elle, c’est un fait. la perdre le ruinerait, le laisserait totalement mortifié et abattu. mais barbra n’a pas le droit de s’en aller. la seule chose qu’il lui a autorisé, c’est d’aller dans ce cabaret qu’elle affectionne tant une fois par semaine… le jeudi. barbra ne s’est jamais laissé faire par personne et ce n’est pas maintenant que ça va commencer, alors elle fait tout pour échapper à leur surveillance et recouvrer un peu de sa liberté tant désirée… mais les études en pédiatrie sont arrêtées, impossibles à continuer avec des armoires à glace à ses côtés. barbra ne cesse de trouver les failles de leurs rondes pour se perdre dans les rues de reno pour retrouver un peu de dignité et ne pas être une simple princesse dans sa tour ivoirine. (show me a sign) elle est passionnée de chant, barbra, depuis des années. pourtant, elle n’a jamais pensé à en faire son métier, trop obsédée par l’idée d’être en contact avec des enfants. alors quand l'occasion de faire vibrer ses cordes vocales au club, elle l'a dévorée toute entière. certes, elle ne peut être présente que le jeudi soir mais le patron n’est pas trop regardant sur sa présence… et sa voix cristalline ne fait plus que l’unanimité. les clients hurlent à l’arrivée de babe sur la scène, toujours dans des tenues affriolantes et provocantes qu’elle affectionne tant. c’est une nouvelle opportunité qui se crée, sans que jonah ne s’en soit jamais douté. ainsi, elle rêve de devenir de plus en plus célèbre et que l’on s’arrache sa présence pour se libérer de ses chaînes de force. (twins) la jumelle, la parfaite, la douceur. le reflet dans le miroir, sans miroir. elle est belle, son autre, son tout. elle est la pureté à sauvegarder, la moitié à ne jamais se disputer. babe, elle ne saurait imaginer un monde sans sa jumelle. complémentaires, discordantes quand elles s'amusent à prendre la place l'une de l'autre, elles sont indissociables. les jeux sont faits quand babe disparaît au profit de son autre, quand le véritable jeu commence et que les clients sont incapables de discerner la sauvage et la douce qui s'amusent à se mêler et à s'emmêler dans les identités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




☾ in New-York since : 12/09/2017
☾ game(s) : 25
dollars : 31

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Sam 16 Sep - 15:01

les liens.

les garçons.
- roni : mystérieux inconnu qui passe ses soirées à l'observer, sens en émois des deux côtés alors que la sauvage babe boude cette attirance dans un jeu de séduction bien trop risqué.

les filles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




☾ in New-York since : 12/09/2017
☾ game(s) : 25
dollars : 31

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Sam 16 Sep - 15:02

les rps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Playing with the Devil


☾ in New-York since : 08/09/2017
☾ game(s) : 98
dollars : 120

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Sam 16 Sep - 20:15

je viens te voir pour le petit lien :love:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




☾ in New-York since : 12/09/2017
☾ game(s) : 25
dollars : 31

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Sam 16 Sep - 22:23

tu peux me parler un peu d'alison ? :love:
elle fait partie du squad des filles avec ina c'est ça ? :stache:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




☾ in New-York since : 06/09/2017
☾ game(s) : 93
dollars : 107

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Sam 16 Sep - 22:54

si tu veux bien de Marcus et Merlin :siffle:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Sam 16 Sep - 23:21

Moi je veux bien un lien avec toi I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Playing with the Devil


☾ in New-York since : 08/09/2017
☾ game(s) : 98
dollars : 120

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Dim 17 Sep - 12:56

alors oui Ali fait partie du gang :love:
Alison cest le genre douce , protectrice avec ceux qu'elle aime. Elle a été brisée par son enfance et depuis trois ans elle fuit son frère qui la battait enfant. Elle a du mal a faire confiance , mais les filles sont devenus ses sœurs , sa deuxième famille depuis ses 17 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Dim 17 Sep - 15:07

Donc Noora elle est ancienne membre du MS-13 et elle les a quitté car ils ont détruit sa vie et celle de son père. Elle a rejoint le gang opposé, les bloods, afin de détruire les MS-13.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




☾ in New-York since : 12/09/2017
☾ game(s) : 25
dollars : 31

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Dim 17 Sep - 18:37

@Marcus Black, je sais pas dire non à prat mais de toute façon, off course que j'veux. :love:
si t'as une idée, une envie... :sex:

@Noora Baelish oh j'trouve ça hyper intéressant. I love you faut encore que je vois mais Jonah (le mari de Babe) est le bras-droit du boss d'un gang de Reno. :love: faut que je repapote avec Ina, voir si ça peut se faire pour les Bloods ou si c'est un gang mineur. :haha: mais du coup elles pourraient s'être connues comme ça. :héhé: 'fin au final j'imagine plutôt un gang qui n'a rien à voir, qui s'occupe de ses petites affaires et point barre mais jsp p'têtre que Noora aurait pu essayer de trouver Babe pour la convaincre qu'elle devait parler à Jonah pour s'allier contre les MS-13 ? :haha:

@Alison Black euh what les gènes de folie dans cette famille ? :stache: du coup j'imagine quand même une certaine "rivalité" entre alison et babe parce que babe est assez sauvage, elle est farouche et téméraire, elle dit ce qu'elle pense sans se soucier des conséquences... et du coup j'la vois assez "pousser" alison à s'affirmer, vouloir qu'elle cesse d'être si douce, la brusquer un peu pour qu'elle soit plus volontaire, tu vois ? :haha: pas vraiment méchant, mais faudrait voir comment alison le prendrait quoi. :tombe:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




☾ in New-York since : 12/09/2017
☾ game(s) : 44
dollars : 50

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Lun 18 Sep - 21:25

:sex: :sex: :sex: :sex: :sex: :sex: :sex: :sex:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Lun 18 Sep - 21:50

J'adore ton idée franchement c'est de la bombe :love:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




☾ in New-York since : 12/09/2017
☾ game(s) : 25
dollars : 31

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Mar 19 Sep - 15:54

@roni ward :sex: :love: :sex: :love: :sex: :love: :sex: :love: :sex: :love: :sex:

@noora baelish, nickel j'suis contente, on part sur ça alors. :oui:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Playing with the Devil


☾ in New-York since : 08/09/2017
☾ game(s) : 98
dollars : 120

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Ven 22 Sep - 18:43

Après Ali pour s'affirmer elle n'a pas de soucis, elle a quand même un sacré caractère mais face à Marcus elle tombe des nus. Elle est douce et délicate en apparence mais quand il faut parler elle parle sans soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Walking in the town


☾ in New-York since : 01/10/2017
☾ game(s) : 61
dollars : 79

MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   Sam 7 Oct - 10:03

Moi! :red: Moi! :red: Moi! :red: Moi! :red:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: look at us now. (babe)   

Revenir en haut Aller en bas
 
look at us now. (babe)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un joli pissenlit, pissenlit, lit, lit... [FINISHED OH YEAH BABE]
» 04. Sh*t up baby !
» » Hey, babe ~ [Loran, ♂, Solo] A GARDER
» You left me burning with the embers babe. † Agent Green
» Trybal ‡ SWAG ON YOU BABE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
start of time :: hors rp :: V1 :: anciennes fiches de liens-
Sauter vers: